BFM Business

Le gouvernement va mettre en place un comité de crise sur les délais de paiement

Avec l'aide de la Banque de France, l'exécutif va mettre sur pied un comité de crise "pour répondre aux cas les plus difficiles et désamorcer une tendance à la cessation ou au retard de paiement". Certains groupes cherchent, en effet, à allonger les délais de paiement, mettant en danger les fournisseurs.

Tout faire pour sauver les entreprises les plus fragiles. Alors que le confinement met en difficulté de nombreuses entreprises, le gouvernement et la Banque de France annoncent la mise en place d'un comité de crise sur la question du crédit inter-entreprises. Il s'agit là de "répondre aux cas les plus difficiles et désamorcer une tendance à la cessation ou au retard de paiement, à rebours des orientations voulues par l’État en matière de relations entre les clients et leurs fournisseurs" indique un communiqué de Bercy. En clair, empêcher certains groupes de retarder les paiements pour mieux se constituer un matelas de liquidités.

"Le comité de crise permettra de traiter en temps réel les cas les plus graves de détérioration du crédit inter-entreprises et d’encourager, au travers de leurs représentants, les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à fluidifier leurs relations commerciales, en veillant à la santé des petites et moyennes entreprises, plus fragiles en général que les grandes entreprises sur l’état de leur trésorerie" affirme, de concert, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, et François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

"Mettre un terme aux situations critiques"

Concrètement, le comité de crise aura pour mission, en premier lieu, de constater la gravité de la situation au niveau national. Mais il s'agira surtout de "mettre un terme aux situations critiques par l’engagement des représentants des entreprises en mesure d’agir auprès des entreprises dont le comportement est anormal". Bercy alerte sur une tendance en vogue dans plusieurs grands groupes: allonger les délais de paiement pour les fournisseurs, quitte à fragiliser ces derniers.

Pour y remédier, l'exécutif compte notamment sur le médiateur des entreprises et le médiateur du crédit. Ils seront associés aux fédérations d’entreprises (Afep, CPME, Medef, U2P), aux chambres consulaires ainsi qu'à la DGCCRF.

Thomas Leroy