BFM Business

Le fondateur d'Orchestra retenu pour reprendre la société

Pierre Mestre restera aux commandes d'Orchestra Prémaman

Pierre Mestre restera aux commandes d'Orchestra Prémaman - pxhere

L'offre du fondateur de la marque de vêtements pour enfants Orchestra-Prémaman, Pierre Mestre, a été retenue vendredi par le tribunal de commerce de Montpellier pour la reprise de cette société via la société NewOrch.

Le groupe saoudien Al Othaim était également candidat. Mais c'est finalement l'offre du fondateur de la marque de vêtements pour enfants qui a été retenue. Une offre qui comprend notamment la reprise de 1110 contrats de travail, 954 salariés en CDI et 156 en CDD, et la reprise à l'étranger directe ou indirecte de 1633 salariés, pour un prix de cession de 35,5 millions d'euros selon le jugement consulté par l'AFP.

Orchestra-Prémaman a été placé en redressement judiciaire le 29 avril. Le groupe, sous procédure de sauvegarde depuis septembre 2019, avait annoncé à la mi-avril envisager cette opération "afin de protéger son activité", alors que ses magasins étaient fermés en raison de l'épidémie de Covid-19. 

Le groupe de vêtements pour enfants et d'articles de puériculture, basé à Saint-Aunès dans l'Hérault, avait annoncé à la mi-février la suppression de 159 postes en France et 300 à l'étranger. Son PDG et fondateur Pierre Mestre, à l'origine de la demande de placement en redressement judiciaire, comptait initialement appliquer au groupe un régime sévère, notamment en fermant l'entrepôt logistique de Saint-Aunès, qui emploie plus de 100 salariés sur un effectif total de plus de 1500 salariés. Il avait ensuite le 11 juin présenté une offre dite "améliorée".

Pierre Mestre "prend acte avec satisfaction"

"Le collectif des actionnaires de la société NewOrch, présidée par Pierre Mestre, dirigeant fondateur d’Orchestra-Prémaman, prend acte avec satisfaction de la décision du tribunal de commerce de Montpellier", a réagi Pierre Mestre dans un communiqué. "En confiant les rênes d’Orchestra-Prémaman aux professionnels qui ont développé l'entreprise depuis 25 ans, le tribunal a choisi un projet collectif, financé et sécurisé, porté par une équipe engagée, respectueuse des valeurs de l'entreprise et de la communauté de ses talents et dont l’objectif est de limiter au maximum l’impact sur l’emploi".

Le groupe Al-Othaim "prend acte avec regret du délibéré du tribunal" accordant la reprise du groupe Orchestra-Prémaman "en plan de cession à son actionnaire-dirigeant", a réagi le candidat malheureux à la reprise, soutenu par le CSE. 

"Al-Othaim souhaite le meilleur à l’ensemble des équipes du groupe Orchestra-Prémaman et tient à remercier chaleureusement les salariés qui lui ont apporté leur soutien tout au long de la procédure", conclut le groupe saoudien.

Fin avril, Orchestra Prémaman avait annoncé un chiffre d'affaires en baisse de 1,3 % à 563,5 millions d'euros pour l'exercice décalé 2019-2020.

Sandrine Serais avec AFP