BFM Business

La « Tesla killer » voiture de l’année

l'I-Pace de Jaguar, voiture de l'année

l'I-Pace de Jaguar, voiture de l'année - FABRICE COFFRINI / AFP

La Jaguar I-pace, élue voiture de l’année, est en train de détrôner Tesla sur le premium électrique.

C’est la reconnaissance que le marché premium de la voiture électrique est en train de se transformer en profondeur. L’alerte s’est déclenchée en Norvège à la fin de l’année dernière, pays test car aucun marché au monde ne compte proportionnellement autant de Tesla que la Norvège, où plus de 26 000 modèles S et X sont immatriculés. Or les ventes se sont tout à coup effondrées sur l’année 2018, une baisse de 40 % alors que le marché de la voiture électrique dans le pays reste en hausse de 38 %. L’explication ? Jaguar. Le constructeur britannique a vendu 949 unités de sa I-pace sur le seul quatrième trimestre et semble prendre un rythme comparable à celui de Tesla.

Autre alerte au mondial de l'automobile, à Paris, à l'automne : avec plus de 100 essais par jour, la Jaguar I-Pace devenait, de loin, le modèle le plus essayé du salon. Incontestablement il se passait quelque chose. Le prix « Voiture de l’année » en a tiré toutes les conséquences.

La Jaguar I-Pace est un SUV (4x4 de loisir) de luxe à motorisation 100% électrique, c’est le deuxième modèle 100% électrique à décrocher le prix de voiture de l'année, après la berline compacte Nissan Leaf en 2011. Fabriquée à Graz en Autriche, elle succède à un autre SUV, le Volvo XC40, élu en 2018, illustrant la place prise par ce type de carrosseries dans les gammes des constructeurs automobiles. Les SUV, déclinés dans toutes les tailles, représentent désormais environ une immatriculation sur trois en Europe et dans le monde.

Une concurrence en train d'accélérer

Le prix va aussi mettre en lumière la relance de la marque depuis sa reprise par l’indien Tata Motors, reprise qui avait créé un choc considérable en Grande Bretagne, or Jaguar n’avait jamais remporté le prix « Voiture de l’année » décerné depuis 1964 : ce prix « est important car il attire l'attention des gens sur la marque, beaucoup de gens n'avaient sans doute pas encore réalisé que Jaguar propose aussi une voiture électrique », a déclaré à des journalistes Ian Callum, le designer en chef de la marque. La mobilité électrique est « très importante pour nous, nous pensons que c'est le futur de l'automobile ».

Quand elle avait testé la voiture, la presse spécialisée avait aimé « l'agrément de conduite, les performances, la capacité tout-terrain, l'esthétique et le gabarit », mais avait en revanche reproché à Jaguar « son tarif élevé (78.000€, tarif de base), l'autonomie à vérifier (480 km affichés, en réalité sans doute moins de 300km), son poids et des détails d’ergonomie et de finition ». Pour Tesla et Elon Musk, c’est l’émergence forte d’une concurrence que le fondateur de la marque américaine n’attendait peut-être pas si rapide. Dans la foulée, ce sont les constructeurs allemands qui sont en train d’accélérer, notamment Audi, avec sa E-tron. Des allemands qui ont annoncé 60 milliards d’euros d’investissements dans les trois ans à venir, quand le patron de Tesla doit se battre avec une partie de ses investisseurs.