BFM Business

La grève devient "dramatique" pour certaines entreprises, prévient le président de la CCI de Paris

Invité sur BFM Business, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, Dominique Restino, alerte sur l'impact de la grève pour les entreprises franciliennes.

La grève des transports commence à toucher fortement l'activité économique de certaines entreprises en Ile-de-France. Déjà jeudi, pour le premier jour de grève, les grands magasins parisiens comme les Galeries Lafayette avaient enregistré une baisse de "50% sur la journée avec des fermetures" de 13h à 15h, explique sur BFM Business le président de la chambre de commerce et d'industrie de Paris, Dominique Restino. "Et ça montait même jusqu'à 60% à 70% de baisse en régions, dans différentes villes de France" souligne-t-il. Ces fermetures étaient généralement liées aux craintes que faisaient peser les manifestations ce jour-là.

Mais l'absence de transports en Ile-de-France s'est aussi fait sentir le weekend dernier. Toujours aux Galeries Lafayette, "on est à -25%" par rapport à 2017 (puisque l'année dernière les grands magasins étaient fermés par crainte des actions des gilets jaunes). "Cela devient évidemment dramatique" prévient Dominique Restino.

Un "service minimum" dans les transports

Le patron de la CCI liste d'ailleurs les soucis qui pourraient s'aggraver dans les jours à venir. "Nous allons avoir également la problématique de la logistique, et notamment dans le domaine alimentaire pour pouvoir approvisionner ces magasins", explique-t-il.

Sans compter les grands salons parisiens comme le salon nautique qui ouvre ses portes ce lundi. Cela aura un "impact extrêmement fort sur de nombreuses entreprises du secteur", prévient-il. "Il y a des activités (…) où cela va être catastrophique". Sans compter l'impact sur le tourisme. "L'image (…) bien sûr qu'elle se détériore" soupire-t-il.

"La question que je me pose, c'est : 'est-ce qu'on a le droit de tout bloquer?'" s'interroge-t-il, réclamant "un service minimum" dans les transports "pour que les gens puissent aller travailler."

Thomas Leroy