BFM Business

Pénurie de semi-conducteurs: Agnès Pannier-Runacher appelle à la relocalisation des usines

Invitée sur BFM Business ce vendredi, la ministre Agnès Pannier-Runacher appelle à relocaliser la production de semi-conducteurs en Europe pour éviter les pénuries.

La pénurie de semi-conducteurs s'aggrave dans le monde. L'automobile est un secteur particulièrement touché par la crise. Selon les dernières prévisions du cabinet IHS Markit, 10,6 millions de véhicules ne devraient pas être produits cette année.

En cause, la dépendance de l'économie européenne aux usines asiatiques. Or, "la crise sanitaire est repartie en Asie, notamment au Viêtnam et en Malaisie, et beaucoup d'usines qui produisent des semi-conducteurs sont arrêtées", observe la ministre Agnès Pannier-Runacher, invitée sur BFM Business ce vendredi.

Problème, "construire des usines de semi-conducteurs prend beaucoup plus de temps que d'en commander", reconnaît la ministre déléguée chargée de l'Industrie. Hors, avec la "digitalisation de notre économie", qui a de plus en plus recours à ces semi-conducteurs, même dans les biens les plus basiques, le contexte n'est pas favorable.

Eviter les fermetures d'usines

Chaque semaine, une cellule de la direction générale des entreprises surveille l'approvisionnement des matières premières des usines. Le but: éviter les fermetures comme ce fut le cas cette année.

"On peut ponctuellement accélérer une commande, faire en sorte qu'une entreprise qui risque d'être bloquée voit remonter sa commande remonter sur le carnet du fournisseur par la diplomatie économique. On peut aussi accélérer les procédures de dédouanement pour faire gagner quelques jours", indique Agnès Pannier-Runacher.

Mais tout cela ne suffit pas, reconnaît la ministre, "ce n'est pas à la hauteur". "C'est pourquoi il faut relocaliser la production en Europe", ajoute-t-elle.

"Dans le plan de relance, nous avons prévu de relocaliser des productions électroniques. Ça peut être des cartes électroniques, l'aval du semi-conducteur. C'est très important car cela permet de retrouver notre souveraineté sur ce secteur", assure Agnès Pannier-Runacher qui se félicite que "plus de 80 dossiers de relocalisation" aient déjà été validés.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech