BFM Business

Les tronçons du dernier A380 fabriqué font leur ultime voyage vers le site Airbus de Toulouse

Jugé peu rentable par les compagnies aériennes, l'A380, dont la fin de la production avait été annoncée en février 2019, voit sa fin de vie encore accélérée par l'épidemie de Covid-19 et l'effondrement du trafic aérien.

Jugé peu rentable par les compagnies aériennes, l'A380, dont la fin de la production avait été annoncée en février 2019, voit sa fin de vie encore accélérée par l'épidemie de Covid-19 et l'effondrement du trafic aérien. - Eric Cabanis-AFP

Les gros éléments du dernier A380, qui seront acheminés à Toulouse pour l'assemblage final, ont débuté leur ultime périple maritime depuis Saint-Nazaire. Ces tronçons d'avion sont acheminés par bateau puis par la route jusqu'au grand site industriel d'Airbus en Occitanie.

La fin annoncée de l'aventure industrielle de l'A380 commence par un ultime voyage maritime et routier de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) des éléments du dernier exemplaire à produire, vers le site industriel d'Airbus Toulouse. La veille du week-end du 6 et 7 juin, "deux tronçons du dernier A380 construit par l'avionneur européen ont quitté le site de Gron à Montoir-de-Bretagne pour être acheminés jusqu'au port. Ils rejoindront Toulouse pour l'assemblage final de l'appareil" relate le quotidien régional Ouest-France.

Ces gros éléments d'avion ont été embarqués à bord d'un des navires conçus pour transporter les grandes pièces du plus gros avion commercial au monde qui a a ensuite quitté le port de Saint-Nazaire. Par la voie maritime, il rejoindra l'estuaire de la Gironde, lequel sera ensuite remonté par barge jusqu'à Bordeaux, puis par la route jusqu'à Toulouse, sa destination finale. 

Plus de 250 exemplaires ont été commandés

Depuis sa première mise en service commerciale en 2007, l'avion a été livré à plus de 240 exemplaires pour 251 avions commandés. Jugé peu rentable par les compagnies aériennes, l'A380, le plus gros appareil commercial d'Airbus dont la fin de la production avait été annoncée en février 2019, a vu sa fin de vie encore accélérée par la pandémie de coronavirus et l'effondrement du trafic aérien mondial.

Après la compagnie allemande Lufthansa qui a indiqué début avril qu'elle comptait notamment retirer de sa flotte ses six A380, c'était au tour d'Air France fin mai d'annoncer qu'il arrêtait l'exploitation de ses neuf appareils, prévu initialement pour fin 2022.

Et si le plus important exploitant du "Super Jumbo", la compagnie Emirates, n'a pas indiqué ce qu'elle comptait faire de ses 115 A380, son président Tim Clark a affirmé qu'avec la pandémie l'A380 était "fini".

Plus grand qu'un 747, le quadriréacteur qui a effectué son premier vol il y a tout juste 15 ans et est entré en service deux ans plus tard, peut emporter de 575 à 850 passagers, grâce aux 550 m2 de sa cabine.

Frédéric Bergé