BFM Business

La Chine veut réduire le nombre d'entreprises consacrées à la voiture électrique

Des ouvriers de l'usine Wey assemblent des véhicules sur la ligne HAVAL lors d'une visite d'usine le 18 mai 2021 Dan Sandoval / Great Wall Motor Co. Ltd.

Des ouvriers de l'usine Wey assemblent des véhicules sur la ligne HAVAL lors d'une visite d'usine le 18 mai 2021 Dan Sandoval / Great Wall Motor Co. Ltd. - AFP

Avec plusieurs centaines d'entreprises dédiées aux véhicules électriques, la Chine souhaiterait consolider ce secteur pour davantage concentrer ses investissements.

Une industrie automobile chinoise dédiée aux nouvelles motorisations, en particulier sur l'électrique, beaucoup trop fragmentée avec des centaines d'entreprises différentes: c'est le constat dressé par le ministre de l'Industrie et des Technologies de l'information Xiao Yaqing, lors d'une conférence de presse ce lundi 13 septembre. L'idée serait ainsi de consolider le secteur, afin de cibler davantage les investissements importants nécessaires dans ces nouvelles technologies.

Un trop grand nombre d'entreprises dans l'automobile

On estime qu'il y avait 635 entreprises fabricants de "véhicules à énergies nouvelles" début 2019, ce qui inclue les voitures électriques, selon les données officielles relayées par l'agence chinoise Xinhua News, citée dans un article de Market Watch. Mais "seulement" 80 d'entre-elles auront réellement produits des voitures d'ici à la fin de l'année.

Si on prend en compte toutes les entreprises du secteur, le décompte est encore plus impressionnant: on dénombre en effet 321.000 entreprises avec, rien que l’année dernière, près de 80.000 nouveaux acteurs qui se sont lancés dans l’électrique. Parmi eux beaucoup de sous-traitants et de petites entreprises qui perdent de l’argent et dont la voiture n’est pas le cœur de métier.

Des ventes en plein boom

Depuis le début de l'année 2021, les ventes de voitures électriques ont triplé pour atteindre 1,48 million d'unités, alors que les ventes de voitures neuves toutes motorisations confondues n'ont augmenté que de 17,1%.

D’ici 2025, 20% de toutes les voitures neuves vendues en Chine seront des véhicules à énergies nouvelles. Ce sera 50% d’ici 2035: une perspective qui a clairement attiré des dizaines de milliers d’entreprises.

Des marques qui visent l'Europe

Pour stimuler le développement de son secteur automobile, le gouvernement chinois avait en effet particulièrement soutenu la création d'entreprises ces dernières années, en particulier celles dédiées à la voiture 100% électrique. Certains noms sont déjà connus en Europe: comme la marque britannique MG, qui appartient au chinois SAIC et qui a lancé un SUV l'an dernier en France, ou encore Aiways.

Au salon de Munich, organisé la semaine dernière, on pouvait découvrir quelques marques qui s'apprêtent à commercialiser des modèles en Europe, comme celles du groupe Great Wal (Wey et Ora), ou encore Xpeng, souvent présenté comme un "Tesla chinois". Après des débuts en Norvège, Nio doit de son côté se déployer sur d'autres marchés européens, avec le lancement annoncé d'une berline en Allemagne en 2022.

Le ministre de l'Industrie a ajouté que la Chine allait améliorer la densité de son réseau de bornes de recharge et développer les ventes de voitures électriques dans les zones rurales.

Julien Bonnet et Sébastien Le Belzic