BFM Eco

L'Autorité de sûreté nucléaire ouvre un portail pour les lanceurs d'alerte

L'initiative a germé après la découverte d'irrégularités dans la fabrication de composants de l'usine Creusot Forge, alors dans le giron d'Areva

L'initiative a germé après la découverte d'irrégularités dans la fabrication de composants de l'usine Creusot Forge, alors dans le giron d'Areva - Charly Triballeau - AFP

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) veut inciter les lanceurs d'alerte à lui signaler "en toute confidentialité", des irrégularités rencontrées dans les installations nucléaires.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) compte sur les lanceurs d'alerte pour lui signaler les risques potentiels pour les personnes et l'environnement. Elle vient d'ouvrir un nouveau portail spécialement destiné à ces signalements. Cette plateforme a pour ambition de créer "un lien direct entre l'ASN et une personne souhaitant l'alerter à propos d'éléments dont elle a connaissance".

Le gendarme du nucléaire promet "la stricte confidentialité des éléments transmis". L'idée de permettre à des lanceurs d'alerte de transmettre ainsi des informations avait germé après la découverte d'irrégularités dans la fabrication de composants de l'usine Creusot Forge, alors dans le giron d'Areva.

Ce scandale a conduit l'ASN à resserrer sa vigilance antifraude avec une série de mesures. L'agence cite en exemple de pratiques qui peuvent lui être signalées "la falsification de documents ou de résultats de mesures, la mise en oeuvre de pratiques non conformes aux règles de l'art". Sa compétence ne se résume pas aux centrales nucléaires d'EDF ou aux usines fabriquant des composants destinés à ces installations.

L'ASN recherche ainsi "des signalements d'irrégularités rencontrées dans les installations nucléaires et lors d'activités présentant un risque lié aux rayonnements ionisants, comme le transport de substances radioactives et certaines pratiques médicales ou industrielles".

P.S. avec AFP