BFM Business

L'aéronautique plombe Akka Technologies qui prévoit "50% de réduction du chiffre d'affaires en 2021"

Sur BFM Business, Paolo Del Noce, PDG France d’Akka Technologies, a confié ses craintes pour le secteur de l'aéronautique en 2021. Le groupe va supprimer 900 emplois en France, dont 800 à Toulouse.

2020 aura été une année noire pour l'aérononautique. Pour Paolo Del Noce, président-directeur général France d’Akka Technologies, la crise est loin d'être finie. Invité sur BFM Business ce jeudi, le dirigeant craint que les effets de cette crise ne se poursuivent "sur les années qui viennnent".

"La grosse différence avec la crise de 2008 qui concernait principalement l'automobile (pour Akka Technologies, NDLR), c'est l'incertitude. On ne voit pas ce qu'il va se passer dans les années qui viennent. Certains de nos clients parlent d'un retour à la normale en 2024, pour d'autres ce sera 2025. La vérité, c'est qu'on ne sait pas ce qu'il va se passer", reconnait Paolo Del Noce.

En début de semaine, le groupe a annoncé son intention de supprimer 900 emplois en France, dont 800 à Toulouse, 40 au Havre (Seine-Maritime) et le reste à Paris. Le dirigeant rappelle que les plans de formations ont limité le nombre de licenciements. 450 personnes ont ainsi été formées et autant d’emplois sauvegardés en France, selon le dirigeant.

Redémarrage en Chine

Le PDG d'Akka France estime que cette situation particulière conduit l'industrie à prendre des décisions rapides.

"On ne peut pas attendre sans savoir", a-t-il expliqué en ajoutant que l'arrêt du transport aérien a conduit les grandes compagnies à mettre en sommeil leurs projets de développement.

Les conséquences de cette situation ont été brutales. Sur le premier trimestre, la perte a été de 20,9%, sur le deuxième la société d'ingénierie a perdu 34% de son chiffre d'affaires. Sur le troisième trimestre, la perte a été de 50%.

"Ce qu'on voit pour l'année prochaine c'est la poursuite de ce train qui mène à 50% de réduction", estime Paolo Del Noce.

Le redémérrage de l'activité en Chine aura-t-elle eu des conséquences sur l'activité? Selon Paolo Del Doce, "il n'a pas encore eu d'impact en Europe".

Le groupe Akka compte 22.000 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d'euros en 2019.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco