BFM Business

Comment Airbus va moderniser les lignes téléphoniques de l'armée française

Le nouveau réseau de téléphonie comportera une partie d'usage général et une partie résiliente  prévue pour fonctionner même en cas de crise grave.

Le nouveau réseau de téléphonie comportera une partie d'usage général et une partie résiliente prévue pour fonctionner même en cas de crise grave. - Joël Saget-AFP

L'industriel a gagné le contrat de modernisation du réseau de téléphonie fixe du ministère des Armées. 270.000 militaires et 1500 sites sont concernés par ces infrastructures qui devront fonctionner même en cas de crise grave.

Le ministère des armées continue la vaste rénovation de ses moyens de télécommunications, engagée dans le cadre du programme Descartes. Airbus Defense and Space s'est vu notifier un contrat de sept ans portant sur le déploiement d'un réseau de téléphonie fixe modernisé, strictement utilisé en interne par les personnels du ministère (hors usages internet et mobile). Son montant n'a pas été divulgué alors que le programme Descartes représente 296 millions d'euros de dépenses pour l'État d'ici 2020 et au-delà, selon les documents de Bercy.

Baptisé Symphonie, le contrat gagné par Airbus concerne 270.000 utilisateurs répartis sur 1500 sites en métropole, en outre-mer et à l’étranger (Sénégal, Côte-d’Ivoire, Gabon, Djibouti, Émirats arabes unis, Tchad, Liban) et en opérations extérieures.

Cette infrastructure comporte une partie dite d’usage général, semblable à cette d'un réseau interne de téléphonie fixe d'une grande entreprise et une partie dite "résiliente", sécurisée, appelée à fonctionner même en cas de crise grave.

Un virage vers les technologies utilisées pour Internet

Un changement de technologie interviendra à l'occasion de ce déploiement. Le coeur du réseau téléphonique acheminant les communications entre les sites utilisera la technologie des réseaux Internet pour transporter la voix, s'alignant ainsi sur des standards utilisés dans les réseaux de télécommunications des grandes entreprises.

"Outre le saut technologique, cela permettra de réaliser des économies d’exploitation substantielles" explique-t-on chez Airbus Defense and Space qui s'appuiera sur une vingtaine de PME françaises pour la réalisation des travaux, des opérations de déploiement et de maintenance de proximité.

Outre la téléphonie, le contrat inclut le déploiement de centres de supervision du réseau, de la cybersécurité et la maintenance et l'entretien sur sept ans.

Thales a aussi remporté deux marchés clés

Début 2017, le groupement d’entreprises formé par ENGIE Ineo (mandataire) et Airbus (co-traitant) avait déjà remporté le contrat du réseau de communication pour le contrôle aérien militaire (Icare).

Si Airbus s'est vu attribuer ces deux marchés, Thales a de son côté remporté deux autres tranches importantes du programme de rénovation des télécommunications du ministère. Il assure la maîtrise d'oeuvre du réseau télécoms destiné à 120 sites stratégiques du ministère dont ceux liés à la dissuasion nucléaire et celle de incluant l'installation de box de télécommunications sécurisées sur 1150 sites de l'Armée. 

Frédéric Bergé