BFM Business

Ces industriels français qui sont embarqués dans le Boeing 737 MAX

Boeing fait travailler de nombreux industriels français sur son programme 737 MAX. On y trouve notamment Safran (moteurs, câblage, roues) et l'activité récupérée de Zodiac Aerospace (siège), Thales (électronique, système de divertissement) et Latécoère (système de surveillance).

Jusqu'au crash du 10 mars en Éthiopie et les multiples interdictions de vol qui s'en sont suivies, le succès commercial du 737 MAX, fort de plus de 5000 commandes, a fait les affaires de nombreux industriels français.

Plus d’une centaine d’entreprises de l'Hexagone travaillent en effet sur les différents programmes de Boeing qui été amené à lancer en 2005 la Boeing French Team (l'équipe française de Boeing) pour fédérer les entreprises sélectionnées à l'époque pour le programme de son 787 Dreamliner.

"L'équipe française" de Boeing et ses 17 fournisseurs

Cette "équipe" regroupe à ce jour une brochette de 17 fournisseurs français engagés officiellement aux côtés du constructeur américain. Parmi eux, se trouvent nombre d'équipementiers aéronautiques de l'Hexagone participant aux différentes déclinaisons du 737 MAX, dont la version 8 est impliquée dans deux catastrophes aériennes récentes.

Le principal industriel tricolore concerné par la fabrication en série de l'avion monocouloir de Boeing est Safran (cf infographie ci-dessous). Développés par Safran (Safran Aircraft Engines) et GE, au sein de CFM International, les moteurs LEAP-1B équipent les 737 MAX.

-
- © Source: Safran

Son activité Electronics & Defense fournit les calculateurs de régulation et de surveillance de cette dernière génération de moteur. Ses branches Safran Electrical & Power (pour le câblage et harnais électriques) et Safran Landing Systems (pour les roues et freins carbone) sont également impliquées dans la chaîne de fabrication. Les sièges d'avions sont fournis par Safran Seats, nouveau nom de l'ex-Zodiac Seats, racheté en 2018 par l'industriel français avec l'équipementier aéronautique Zodiac Aerospace.

Les autres industriels tricolores embarqués par Boeing à bord du programme 737 MAX sont, pour les très grands groupes: Michelin (pneus, en première monte), Thales (système de divertissement en vol) et Saint-Gobain (pièces de rechanges en plastique thermoformé et composites).

Des PME et des ETI de l'aéronautique sont impliquées

Parmi les entreprises françaises de taille intermédiaire (ETI) et les PME, on trouve aussi, Crouzet (capteurs de proximité), Latécoère (systèmes de surveillance), Vision Systems (stores cockpit), ELTA (balises de détresse), Saft (batteries), LISI Aerospace (fixations), Aubert & Duval (solutions métallurgiques) et Radiall (connecteurs).

Pour l'instant, les interdictions de vol frappant l'avion de Boeing n'ont pas d'impact immédiat sur la production car elles sont trop récentes. Mais une prolongation de ces suspensions de survol pourrait à terme exercer un impact sur les commandes et sur la chaîne de fabrication; même si le carnet de commandes équivaut à plus de sept ans de production au rythme actuel.

-
- © -

Le détail est à retrouver sur le site de Statista.

Frédéric Bergé