BFM Business

Grève: les éboueurs se mobilisent aussi

Eboueurs en grève (Photo d'illustration)

Eboueurs en grève (Photo d'illustration) - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Ce mardi, les éboueurs eux aussi ont débuté un mouvement social reconductible. Ils réclament la reconnaissance de la pénibilité de leur tâche, un statut unique et des possibilités de départs anticipés en retraite.

A l'ombre de la grève des cheminots, une autre mobilisation a démarré ce mardi: celle des éboueurs. Pour sa première journée, le mouvement est d'ampleur. En Île-de-France, Le Parisien a mesuré qu'un tiers des collectes n'avait pas été assuré, et signale que les trois centres d'incinération franciliens ont été mis à l'arrêt. Dans le secteur public, 30% du personnel s'est mis en grève. 

La pénibilité au centre des revendications 

Les revendications des éboueurs sont diverses avec, au premier rang, la reconnaissance de la pénibilité des métiers liés au traitement des déchets. Les organisations syndicales veulent également un statut unique réunissant salariés du public et du privé, ouvrant entre autres la possibilité de départs à la retraite anticipés pour tous. Le Figaro précise, à ce sujet, que les grévistes demandent des départs en retraite de cinq ans "à taux plein" pour tous et de dix ans pour les métiers "exposés à l'insalubrité et la pénibilité", et des réductions de temps de travail. 

La grève, reconductible, pourrait bien s'inscrire dans la durée si les revendications ne trouvaient pas satisfaction. Le Huffington Post cite l'un des participants à cette mobilisation, qui assure que celle-ci se renouvellera "demain, après-demain et après-après-demain" au besoin.

R.V.