BFM Business

Entreprises : l’IA a aussi sa place pour les tâches quotidiennes

-

- - -

L’intelligence artificielle est souvent évoquée dans le cadre de grands projets pour les process ou les produits. Mais elle a et aura aussi toute sa place sur le lieu de travail, souligne Gartner.

A terme, l’intelligence artificielle devrait continuer à infuser dans les entreprises au point de devenir une réalité basique, au quotidien, pour les salariés. L’IA, ce ne sont pas que les grands projets mais aussi un moyen de simplifier et d’optimiser les tâches quotidiennes. C’est en tout cas l’avis de Bern Elliot, Distinguished VP Analyst chez Gartner qui conseille aux entreprises de s’y mettre dès aujourd’hui.

D’ailleurs, de nombreux salariés l’utilisent déjà sans s’en apercevoir, en utilisant la saisie vocale pour envoyer un email par exemple.

-L’IA au quotidien dans les entreprises, c’est donc déjà une réalité ?

Bern Elliot - Dans le digital workplace, les mots « intelligence artificielle » s’appliquent à un éventail aussi large que grandissant de technologies. Pour la plupart des employés, les moteurs de recherche sont le visage le plus répandu et le plus familier de l’IA de pointe. Chaque fois que les employés utilisent Google, cela contribue à affiner les résultats affichés tout en mémorisant leur activité. Alexa d’Amazon et les autres assistants personnels virtuels sont, eux aussi, des exemples courants de technologies capitalisant sur l’IA. En réalité, beaucoup de salariés utilisent déjà des services dotés d’intelligence artificielle sans en avoir conscience, a fortiori dans les entreprises où le lieu de travail se digitalise de plus en plus.

D’ici peu, les applications développées pour le cloud, le travail collaboratif, les ressources humaines, la gestion des compétences ou encore l’organisation de réunions embarqueront toutes des fonctionnalités améliorées grâce à l’IA. Cette introduction progressive, mais ininterrompue, de services intelligents va permettre aux employés de découvrir les avantages, mais aussi les limites, de l’IA appliquée au travail quotidien.

-Comment l’IA va évoluer au niveau de ces tâches ?

Sur le lieu de travail digital, on peut considérer l’IA du quotidien comme un « kit de démarrage » à partir duquel les entreprises pourraient investir de façon plus durable et ciblée. Il y a fort à parier que cette IA du quotidien viendra en grande partie des applications SaaS qui affichent les taux de pénétration les plus élevés sur les marchés du BtoB et des services publics.

Le digital workplace va s’enrichir grâce à l’intégration de cette « IA du quotidien », englobant toutes sortes de services que les employés percevront comme de simples améliorations des applications dont ils se servent dans le cadre professionnel. L’intelligence artificielle du quotidien se présentera sous la forme de services personnalisés, de recommandations et d’alertes perfectionnées qui élargiront le cadre des tâches existantes plutôt que de créer de nouvelles façons de les accomplir.

Dans les dix prochaines années, l’IA va ouvrir les salariés à un degré d’information sans précédent, les affranchir des tâches subalternes et leur faciliter l’usage de technologies pourtant complexes.

-Pourquoi l’IA du quotidien revêt-elle tant d’importance sur le lieu de travail numérique ?

Même en partant des hypothèses les plus prudentes, il semble difficile de surestimer l’impact à long terme de l’IA sur la dextérité digitale des salariés. Jour après jour, cette technologie apporte une plus-value substantielle aux entreprises, participant à renforcer la productivité des employés tout en amenant une réduction des coûts. Elle ne perturbe pas le travail des salariés, et évite les hésitations découlant de l’introduction de nouveaux processus intelligents.

Google Assistant, par exemple, n’était à l’origine qu’un simple module qui proposait aux utilisateurs de Gmail des réponses automatiques à leurs e-mails pour leur faire gagner du temps. Dans la même veine, les outils d’organisation de réunions virtuelles sont capables d’identifier de leur propre chef celles et ceux qui ont vocation à y participer, d’élaborer un ordre du jour et d’assurer le suivi des décisions importantes. Cependant, son intérêt premier est de réduire la fréquence des réunions inutiles, et donc d’améliorer le quotidien des salariés.

Olivier CHICHEPORTICHE