BFM Business

Total et GDF Suez introduisent en Bourse leur filiale dans le gaz

GTT est spécialisé dans l'ingénierie du transport de gaz par méthanier et du stockage.

GTT est spécialisé dans l'ingénierie du transport de gaz par méthanier et du stockage. - -

GDF Suez et Total ont annoncé, ce lundi 16 décembre, vouloir introduire leur filiale GTT en Bourse après avoir transmis les documents nécessaires à l'Autorité des marchés financiers.

Quel est le point commun entre GDF Suez et Total? Le gaz. Les deux groupes français ont annoncé, ce lundi 16 décembre, l’entrée en Bourse de leur filiale commune Gaz Transport et Technigaz (GTT). La société est spécialisée dans l’ingénierie navale pour les méthaniers.

GDF Suez possède 40% de GTT, tandis que Total et le fonds britannique Hellman & Friedman se partagent les 60% restants. La filiale a transmis à l’Autorité des marchés financiers (AMF) le document de base permettant une introduction en Bourse.

Si l’opération est approuvée, la filiale sera cotée sur NYSE Euronext à Paris. La date d’entrée en Bourse n’est toutefois pas encore connue. Pour Philippe Berterottière, PDG de GTT, cela permettra "une visibilité accrue et une impulsion supplémentaire" au développement de l’entreprise.

Conserver la main sur un fournisseur

Créée en 1994, la filiale construit des membranes cryogéniques pour le confinement du gaz dans les bateaux chargés du transport de gaz naturel liquéfié (GNL). Cette technologie permet de minimiser l’espace de stockage de GNL.

La technologie développée par GTT équipe 70% des méthaniers actuels, selon le communiqué du groupe. La filiale emploie 344 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 156,9 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2013.

Début 2012, plusieurs groupes sud-coréens s’étaient montrés intéressés par le rachat de GTT, pour un milliard d’euros. Mais selon Les Echos, GDF Suez et Total, eux-mêmes utilisateurs de la technologie pour leurs stocks de gaz, ont refusé les offres pour éviter de se voir appliquer ensuite des tarifs défavorables.

A.D. avec AFP