BFM Business

Total déprécie 8 milliards de dollars d'actifs

Cette dépréciation concerne essentiellement ses activités au Canada dans les sables bitumineux.

Le géant pétrolier et gazier français Total a annoncé mercredi des dépréciations d'actifs pour 8,1 milliards de dollars (6,9 milliards d'euros), dont 7 milliards portent sur les sables bitumineux au Canada, en raison de la faiblesse des cours du pétrole et de ses nouveaux objectifs climatiques.

La révision de la valeur comptable de ces actifs fait suite à la chute des cours en raison de la pandémie de Covid-19 (pour 2,6 milliards), mais aussi au passage en revue de projets coûteux dont les réserves pourraient aller au-delà de 2050 (pour 5,5 milliards), détaille le groupe dans un communiqué.

"Compte tenu de l'évolution à la baisse du prix du baril en 2020, Total a décidé de réviser les hypothèses de prix sur les prochaines années", explique le groupe dans un communiqué à la veille de ses résultats trimestriels. 

Le baril de pétrole à 35 dollars cette année contre 60 prévus 

Et de préciser qu'il tablait désormais sur un prix du Brent de 35 dollars par baril en 2020 -contre 60 dollars à l'origine dans ses perspectives 2020 -, puis de 40 dollars en 2021, 50 dollars en 2022 et 60 dollars en 2023, avec des prix du gaz "ajustés en conséquence".

"A plus long terme, Total maintient son analyse selon laquelle la faiblesse des investissements dans le secteur des hydrocarbures depuis 2015 accentuée par la crise sanitaire et économique de 2020 va se traduire à horizon 2025 par une insuffisance de capacités de production au niveau mondial et un rebond des prix", a-t-il ajouté.

D'autres géants du secteur comme BP, Shell et ExxonMobil avaient déjà réévalué massivement à la baisse plusieurs de leurs actifs ces dernières semaines

OC avec AFP