BFM Business

Royal souhaite appliquer un "malus" aux bouteilles de lait opaques

Les bouteilles de lait opaques, moins facilement recyclables seront désormais frappées d'un "malus". (image d'illustration)

Les bouteilles de lait opaques, moins facilement recyclables seront désormais frappées d'un "malus". (image d'illustration) - Philippe Huguen - AFP

La ministre de l'Écologie a annoncé la création d'un malus frappant les bouteilles de lait en plastique PET opaque, accusées par l'ONG Zero Waste France de ne pas être recyclables et de perturber les chaînes de tri.

Ségolène Royal a tranché. Les distributeurs peuvent continuer à commercialiser des bouteilles de lait en plastique opaque (PET opaque) à condition que leurs fabricants paient davantage pour leur recyclage, plus complexe.

"J'ai demandé aux éco-organismes de me faire une proposition, dans un délais de quinze jours, pour mettre en place un malus sur les bouteilles de lait en plastique opaque afin qu'elles ne présentent plus d'avantages en termes de coût pour les industriels de l'agroalimentaire" a indiqué Ségolène Royal en marge d'un colloque sur l'économie circulaire. La ministre de l'Écologie se réservant le droit "d'interdire la mise sur le marché des bouteilles PET opaques tant que les solutions de tri et de recyclage ne sont pas mises en place".

Ce "malus" se traduirait par une hausse de la contribution versée par les entreprises concernés à Éco-emballages, l'organisme privé agréé par l'État pour piloter le dispositif national de tri et de recyclage des emballages ménagers" explique le ministère de l'Écologie, indiquant qu'un groupe de travail réunissant des représentants des centres de tri, d'Éco-emballages et des entreprises, dont les fabricants des bouteilles incriminées, doit faire une proposition

Les bouteilles opaques "ne se recyclent pas"

L'ONG Zero Waste France avait affirmé la semaine dernière que les bouteilles de lait en plastique opaque, non recyclable, remplaçaient de plus en plus les bouteilles en plastique recyclable dans les supermarchés et avait appelé les consommateurs à se mobiliser contre cette tendance. L'association, qui a salué "la prise de position forte" de Ségolène Royal souligne qu'elle reste "vigilante sur les modalités d'application de ce malus qui doit être dissuasif et immédiat". 

"Contrairement au PET transparent ou au PEHD des bouteilles de lait traditionnelles, ces bouteilles sont composées d'un type de plastique bien spécifique qui ne se recycle pas" avait alors affirmé l'association. Selon elle, des "millions de bouteilles en plastique vont terminer leur vie en incinérateur ou en décharge". De son côté, Éco-emballages soutient que "le PET opaque se recycle en mélange avec du PET coloré pour la production de fibres synthétiques. À condition de ne pa dépasser 15% maximum" du volume traité. 

Il faut "un étiquetage clair pour les consommateurs"

Zero Waste France demande désormais "un étiquetage clair pour les consommateurs" et en particulier que "les bouteilles en PET opaque soient clairement étiquetées comme étant non-recyclables".

Apparu au début des années 2000, le PET opaque s'est développé à partir de 2010 notamment dans les secteurs de l'hygiène, du lait, des jus de fruits et du bricolage selon Éco-emballages. Il représente "10.000 tonnes sur les 450.000 tonnes de bouteilles et flacons mis sur le marché chaque année. Soit 3 bouteilles sur 100".

En réaction à cette interpellation menée par l'ONG Zero Waste France, l'organisme s'est engagé à "trouver des solutions techniques pour minimiser le taux d'opacifiants minéraux dans les emballages et pour développer des débouchés propres au PET opaque afin de mieux accompagner sa croissance". Une réflexion accompagnée d'un "plan d'actions d'un montant d'1,5 million d'euros pour 2017". 

A.M. avec AFP