BFM Business

Pourquoi Engie s'associe à Bertrand Piccard, le pilote de Solar Impulse

Bertrand Piccard et Isabelle Kocher -la directrice générale d'Engie- le 15 juin 2017 à Paris.

Bertrand Piccard et Isabelle Kocher -la directrice générale d'Engie- le 15 juin 2017 à Paris. - Antonin Moriscot - BFM Business

L'énergéticien français vient de nouer un partenariat avec l'Alliance mondiale des solutions efficientes. Une structure fondée par l'aviateur suisse Bertrand Piccard, dont le but est de promouvoir les technologies propres.

Une nouvelle fois, Engie (ex-GDF Suez) cherche à s'imposer comme un acteur incontournable de la transition énergétique. Alors qu'elle a fait de cette transformation un axe stratégique de développement, l'entreprise française a annoncé, jeudi 15 juin, avoir rejoint l'Alliance mondiale des solutions efficientes.

Comme le rappelle l'AFP, cette organisation, anciennement appelée Alliance mondiale pour les technologies propres, lancée sous l'égide de la Fondation Solar Impulse, entend mettre en relation différents acteurs (entreprises, associations, inventeurs, experts, ...) afin de proposer des solutions rentables pour protéger l'environnement. 

"Efficacité économique et solutions décarbonées ont longtemps été deux concepts opposés. L'idée (de l'Alliance, ndlr) est de passer du rêve inaccessible à quelque chose qui est en train de se produire. Certaines technologies ne sont pas rentables mais sur le point de l'être" précise Isabelle Kocher, la directrice générale d'Engie, dont l'entreprise va apporter un soutien financier (250.000 euros par an, pendant trois ans) à la structure. 

"Mon but est de crédibiliser et de promouvoir sur le plan politique et institutionnel les technologies propres, les énergies renouvelables. Tout ce qui permet d'améliorer la qualité de vie sur cette planète" précise le pilote suisse Bertrand Piccard. Celui qui s'est illustré pour avoir bouclé un tour du monde avec l'avion solaire Solar Impulse le reconnaît volontiers: la fondation "est un outil de lobbying pour faire bouger le cadre légal". 

1.000 solutions seront présentées lors de la COP 24 

Les 1.000 premières technologies, identifiées par l'Alliance mondiale pour les solutions efficientes, seront présentées lors de la COP24, fin 2018, en Pologne. D'ici là, tout le travail de la structure est d'identifier les start-up à l'origine de ces solutions et de les tester. 

"Aujourd'hui nous commençons à réunir entreprises et start-up. Nous avons déjà eu 200 candidats, soit autant de solutions évaluées" indique Bertrand Piccard. Ce dernier précise que les solutions présentées à l'Alliance sont expertisées par l'Agence internationale de l'énergie et la Commission européenne.

L'aviateur souligne qu'Engie "ne s'est pas contenté de venir au moment où tout était fini". Comme d'autres partenaires industriels, à l'image de Solvay ou d'Air Liquide, en plus de contribuer au financement de la structure, "tous viennent avec leurs propres solutions". Isabelle Kocher cite alors en exemple l'hydrogène, "une manière très intelligente de stocker l'énergie" sur laquelle travaillent ses équipes ou encore "les nouvelles générations de technologies solaires".

La directrice générale d'Engie explique que "les panneaux solaires classiques" vont peu à peu "céder la place à des panneaux beaucoup plus souples, prenant la forme de films plastiques" produisant bien plus d'électricité que leurs aînés. Et annonce le déploiement, à grande échelle et en France, de cette technologie pour l'automne. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV