BFM Business

Les premiers "chèques énergie" arrivent dans les foyers français

Le chèque-énergie va progressivement se substituer aux tarifs sociaux de l'énergie. (image d'illustration)

Le chèque-énergie va progressivement se substituer aux tarifs sociaux de l'énergie. (image d'illustration) - Denis Charlet - AFP

"Présenté par Ségolène Royal, le "chèque énergie" va d'abord être testé dans quatre départements avant d’être généralisé à tout le territoire au 1er janvier 2018."

Destiné à "lutter contre la précarité énergétique", le "chèque énergie" arrive en Ardèche, dans l'Aveyron, les Côtes d'Armor et le Pas-de-Calais selon un décret paru au Journal officiel. Dans un premier temps, ce sont donc 170.000 ménages "aux revenus modestes" qui vont bénéficier en exclusivité de ce dispositif prévu par la loi de transition énergétique.

Au 1er janvier 2018, date de la généralisation de ce nouveau dispositif, "4 millions de ménages" bénéficieront alors du chèque énergie selon le ministère de l'Écologie. 

Un coût de 600 millions d'euros par an 

Distribué automatiquement, mais sous conditions de ressources, le chèque énergie, dont le montant varie entre 48 et 227 euros, sera envoyé une fois par an directement au domicile de son bénéficiaire. Interrogée sur le coût de cette mesure, Ségolène Royal a indiqué qu'à partir de 2018, l'État débourserait "600 millions d'euros" par an pour ce dispositif.

Les ménages bénéficiant du chèque énergie (valable un an à compter de sa date d'émission) auront donc la possibilité de l'utiliser pour régler leurs factures d'énergie, quelle que soit la source utilisée (gaz, électricité, GPL, fioul, bois ...). Ils pourront également s'en servir pour financer les éventuels travaux de rénovation énergétique entrepris au sein de leurs logements, comme le changement d'un chauffe-eau par exemple. 

En revanche, l'apparition de ce dispositif, versé par l'Agence de services et de paiement, marque la fin des tarifs sociaux pratiqués depuis 2005 en France par les fournisseurs d'électricité et de gaz.

L'avis du médiateur national de l'énergie mitigé

Jean Gaubert, le médiateur national de l'énergie salue la mise en oeuvre de ce nouveau dispositif. Auprès de l'AFP, il estime que le chèque énergie est "une bonne nouvelle pour les consommateurs". Cependant il émet deux réserves quant à son fonctionnement. 

Le médiateur de l'énergie "regrette que le chèque ne puisse pas être utilisé" pour payer les factures de chauffage collectif, dont le montant est souvent inclus dans les charge locatives. En outre, il plaide déjà pour un relèvement de son montant. Jean Gaubert "souhaite que son montant atteigne 250 euros" afin de permettre aux consommateurs les plus vulnérables "d'alléger significativement le poids de leurs factures". 

Antonin Moriscot