BFM Business

Le prix du gaz baisse encore ce 1er mars

Les tarifs réglementés du gaz ont baissé de plus de 7% depuis début 2015.

Les tarifs réglementés du gaz ont baissé de plus de 7% depuis début 2015. - Pierre Andrieu - AFP

Les tarifs réglementés du gaz diminuent en moyenne de 3,46% ce dimanche premier mars. Un second mois consécutif de baisse qui concerne 7,4 millions de foyers français.

Bonne nouvelle pour plus de 7 millions de foyer parmi les plus de 10 millions qui se fournissent en gaz auprès de GDF Suez: les tarifs réglementés de cette source d'énergie baissent en moyenne de 3,46% (hors-taxes) ce 1er mars. Des prix qui ont déjà baissé le mois dernier, de 1,27%, ce qui porte leur recul total, depuis le début de 2015, à 5,3%.

En profitent tout particulièrement ceux qui se chauffent au gaz. Leur facture de chauffage va ainsi baisser de 3,5%. La promotion sera de 1,2% pour ceux qui cuisine sur une gazinière, et de 2,2%% pour ceux qui, en plus de la cuisine, ont un chauffe-eau qui fonctionne au gaz.

Le gaz partiellement indexé sur le pétrole

Cette nouvelle régression des prix est notamment une conséquence de la chute du cours du pétrole, sur lequel est partiellement indexés celui du gaz. Le cours du pétrole a subi ces derniers mois une véritable dégringolade: le baril de WTI à New York a, par exemple, perdu plus de 49% sur un an.

Comme l'explique la Commission de régulation de l'énergie, la CRE, ce recul "résulte de la baisse des coûts d'approvisionnement du fournisseur". Elle "s'inscrit dans un contexte de baisse généralisée des prix du gaz en Europe au mois de janvier qui s'explique par un bon niveau d'approvisionnement sur les marchés, par le fort recul des prix du gaz naturel liquéfié en Asie et par la baisse des prix du pétrole".

Les tarifs non-réglementés baissent encore plus

Ces tarifs consistent en un prix de détail, qui n'inclut pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement de GDF Suez (qui propose également des offres à prix de marché, non encadrées par l'Etat). Ils sont révisés mensuellement. Leur formule de calcul a été modifiée l'été dernier pour renforcer leur indexation sur les prix de marché plutôt que sur l'évolution des cours du pétrole brut.

Environ 7,4 millions de foyers, sur un total de 10,6 millions d'abonnés au gaz, étaient aux tarifs réglementés à la fin du troisième trimestre 2014, tandis que 3,2 millions avaient souscrit des offres à prix libres, dites "de marché", chez GDF Suez ou un fournisseur alternatif.

Des offres alternatives sont parfois bien inférieures au prix du marché. Pour le montrer, l'association de consommateur UFC-Que Choisir organise chaque année une opération "gaz moins cher ensemble", via laquelle elle fédère des usagers qui s'engagent pendant un an auprès de l'opérateur qui aura proposé les prix annuels les plus faibles. Le gagnant de 2005, Lampiris, a proposé au 174.000 inscrits un tarif inférieur de 13% au prix régulé. 

N.G. avec agences