BFM Business

Le logement tout électrique: la solution d'avenir de la transition?

Des électriciens installent un panneau.

Des électriciens installent un panneau. - -

François Hollande a fixé l'objectif de réduire de 50% la consommation d'énergie à l'horizon 2050. Priorité est donc donnée aux économies mais sous quelle forme et comment les financer ?

Pour atteondre l'objectif de réduction de consommation d'energie fixé par François Hollande, l’association Équilibre des Énergies milite ouvertement pour la modification du calcul de la réglementation thermique la RT 2012. Et des logements tout électriques.

Jean Bergougnoux, président de l'association, met en avant un paradoxe. La France a mis en place le Plan Climat afin d'atteindre ses objectifs de réduction des émissions de CO2 dans le cadre du protocole de Kyoto mais dans le même temps avec la nouvelle réglementation thermique, la RT 2012,la consommation de gaz a progressé sensiblement au cours des dernières années. Elle atteint 70 % dans les logements collectifs contre 20 % pour l'électrique. Et donc au final une hausse des émissions de CO2.

Pour Jean Bergougnoux, c'est l'unique critère de performance énergétique, l'énergie primaire, qui fausse la donne. Il s'appuie sur des chiffres du CEREN, qui observe une différence très nette entre les factures que l'on utilise de l'électricité, du gaz ou encore du fioul.

Un bâtiment tout électrique consomme, selon l’association Équilibre des Énergies, 35 % d'énergie en moins. Son coût de fonctionnement est réduit d'autant et ses émissions de CO2 de 60 à 70 %. Dans le même temps la consommation en énergie primaire est supérieure de 20 à 30 % à celle de la solution gaz. "Le bâtiment qui utilise l'électricité pour la production d'eau chaude et le chauffage des locaux, consomment de l'électricité "décarbonée" grâce au nucléaire et à l'hydraulique. C'est le complément naturel des énergies renouvelables que François Hollande veut voir croitre au sein de notre mix énergétique", estime Jean Bergougnoux.

Un accompagnement judicieux

Redonner une place à l'électricité est donc son credo. L'association milite pour une modulation de la RT 2012 en y introduisant un coefficient d'émissions de gaz à effet.

Pour l'association, la précarité énergétique pourrait encore s'accroître: les propriétaires qui ont les moyens installent une pompe à chaleur, les primo-accédants affichent leur intérêt pour du chauffage au bois mais seront contraints d'installer des convecteurs pour être certains de ne pas avoir froid."

Selon Jean Bergougnoux la solution est de promouvoir le chauffage bi-énergie: une chaudière au fioul couplé à une pompe à chaleur qui permettent finalement d'alterner les sources d'énergie sans investir beaucoup plus. Comment les financer? Les déductions fiscales existent sans parler des certificats d'économie d'énergie. Mais pour Jean Bergougnoux il faudrait que les propriétaires puissent correctement les utiliser et savoir comment s'y prendre. "Plutôt que de recommander des travaux de rénovation mal encadrés, il serait préférable d’accompagner les particuliers pour changer tous les radiateurs électriques d’ancienne génération, énergivores et très coüteux d’un point de vue environnemental. En France cela représente 1 million de foyers."

Nathalie Croisé de BFM Business