BFM Business

Grâce au soleil, la Zambie va vendre l'électricité à un prix quasi imbattable

En Zambie, sept projets d’énergéticiens ont sélectionnés en réponse à un appel d’offres lancé par les autorités pour deux centrales solaires de 50 mégawatts chacune: deux seront retenus à la fin.

En Zambie, sept projets d’énergéticiens ont sélectionnés en réponse à un appel d’offres lancé par les autorités pour deux centrales solaires de 50 mégawatts chacune: deux seront retenus à la fin. - Jekesai Njikizana-AFP

"Ses barrages hydroélectriques manquant d'eau, ce pays enclavé d'Afrique mise sur le photo-voltaïque. Cet État a lancé un appel d'offres pour deux centrales solaires produisant du courant vendu à peine plus de 5 centimes le kilowattheure."

L'Afrique accélère ses investissements dans la ressource renouvelable dont elle est la mieux dotée: le soleil. Après le Maroc et sa gigantesque centrale solaire d'Ouarzazate, d'une capacité de 500 MW, la Zambie, pays enclavé d'Afrique subsaharienne, veut se doter de deux immenses centrales solaires de 50 mégawatts (MW) chacune.

Ce projet est d'autant plus stratégique pour ce pays qu'il a jusqu'alors tout misé sur l'hydroélectricité. Le barrage de Kariba, construit sur le puissant fleuve Zambèze qui traverse le pays, en aval des célèbres chutes Victoria, alimente tout le pays en électricité. Or, la sécheresse a asséché en partie l'immense réserve d'eau artificielle qui alimente le barrage.

L'objectif affiché du gouvernement est de produire l'électricité la moins chère d'Afrique subsaharienne, selon l’organisme dénommé Industrial Development Corporation (IDC), en charge des investissements publics en Zambie. Ce projet fait partie d’un programme de réduction des coûts et des délais des programmes d'énergie solaire africains soutenu par la Banque mondiale en janvier 2015. 

Le Français Neoen bien placé sur le projet de la Zambie

A la suite d'un appel d'offres lancé par la Zambie, sept candidats à la construction de ces deux centrales ont été sélectionnés. Les futurs vainqueurs seront retenus sur la base du prix de l'électricité le plus bas qu'ils proposeront. À l'aune de ce critère, selon les premiers dépouillements des propositions dévoilés par l'organisme zambien IDC, le projet du Français Neoen associé à l'industriel américain First Solar et celui de l’italien Enel, seraient en excellente position pour remporter ce marché. Le premier promet un prix de l'électricité solaire à 6,02 cents (5 centimes d'euros) du kilowattheure, le second affiche 7,84 cents (6,5 centimes d'euros). Ces prix seront figés pendant une durée de 25 ans.

Ces prix sont bien inférieurs, pour les autorités zambiennes, à ceux des propositions que leur avaient faites les producteurs d'énergie solaire, avant le lancement de cet appel d'offres officiel. Les prix du kilowattheure solaire affichés sont plus de trois fois inférieurs à ceux des centrales thermiques classiques au fioul en Afrique qui produisent à un prix de 20 centimes de dollar le kilowattheure.

Frédéric Bergé