BFM Business

GDF Suez doit-il avoir peur de la concurrence italienne?

ENI-Altergaz veut concurrencer GDF Suez sur le marché français

ENI-Altergaz veut concurrencer GDF Suez sur le marché français - -

Altergaz, filiale à 100% du géant italien du pétrole ENI, lance une offensive sur le marché du gaz pour les particuliers avec une nouvelle stratégie. Son but est de devenir une véritable alternative au numéro 1 français.

En pleine polémique sur les tarifs du gaz, Altergaz revient à l’attaque sur ce marché pour les particuliers. Le distributeur de gaz alternatif change de nom ce mardi 9 octobre pour prendre celui de sa maison-mère, le géant italien ENI.

Changement de nom et nouvelle stratégie. "Nous voulons être un acteur majeur sur le marché professionnel et résidentiel, avec un objectif de croissance de 50% de nos ventes d'ici 2016", qui les verrait passer de 800 millions d'euros par an actuellement à 1,2 milliard, a expliqué Umberto Vergine, qui dirige les activités de fourniture d'énergie du groupe. Altergaz veut devenir une véritable alternative à GDF Suez.

Aujourd’hui, alors que le marché français du gaz est ouvert à la concurrence depuis 2007, 91% des 10 millions de foyers français branchés sur le gaz sont chez l’opérateur historique GDF Suez. La minorité qui reste est partagée, notamment chez Poweo Direct Energie (qui ont fusionné en juillet et qui regroupent un million de clients), E.ON ou encore Energem.

ENI, entré au capital d’Altergaz en 2007, n’a en pris le contrôle que début 2012. L’entreprise s’est d’abord focalisée sur les entreprises. Mais depuis 2009, le groupe tente de se placer le marché des particuliers, plus intéressant financièrement, en proposant quatre offres: Horizon (avec prix fixe pendant trois ans), Oxygène (offre en faveur de l’environnement), Préférence (avec options personnalisées) et Essentiel (sans engagement).

Néanmoins, la rentabilité n’est pas encore au rendez-vous. Altergaz a perdu 32 millions d’euros en 2010, 50 millions en 2011. Pourtant, le troisième fournisseur en France a quasiment vendu autant de gaz que le numéro 2, EDF.

Diane Lacaze