BFM Business

Engie tourne la page de l'exploration-production d'hydrocarbures

Sur base d'une valorisation de 4,7 milliards d'euros (dont 1,1 milliard de provisions de démantèlement), la transaction devrait entraîner une réduction de 2,4 milliards d'euros de la dette nette d'Engie.

Sur base d'une valorisation de 4,7 milliards d'euros (dont 1,1 milliard de provisions de démantèlement), la transaction devrait entraîner une réduction de 2,4 milliards d'euros de la dette nette d'Engie. - Polar Media-Engie

Engie est entré en négociations exclusives pour céder à Neptune Energy sa participation de 70% dans sa branche d'exploration-production d'hydrocarbures, valorisée à 4,7 milliards d'euros. Une cession menée dans le cadre de son virage stratégique vers la transition énergétique.

Engie tourne la page de l'exploitation de gisements d'hydrocarbures (pétrole et gaz). Le groupe a reçu une offre ferme et irrévocable de Neptune Energy pour la vente de sa participation de 70% dans l'entité Exploration & Production International (EPI). Basé au Royaume-Uni, l'acquéreur est soutenu notamment par les sociétés d'investissement Carlyle et CVC Capital Partners.

Au terme de la transaction, dont la finalisation est attendue au premier trimestre 2018, la société deviendrait l'unique actionnaire d'EPI. Selon une source proche du dossier, Neptune Energy possédera en effet la totalité d'EPI, et donc la part de 30% détenue depuis 2011 par le fonds souverain chinois China Investment Corporation (CIC).

Sur la base d'une valorisation de 4,7 milliards d'euros (dont 1,1 milliard de provisions de démantèlement), la transaction devrait entraîner une réduction de 2,4 milliards d'euros de la dette nette d'Engie, a précisé le groupe détenu à près de 29% par l'État français. Soit près d'un dixième de son niveau de fin 2016 (24,8 milliards).

Engie va céder 15 milliards d'euros d'actifs sur 2016-2018

EPI, qui comptait 1.622 salariés en mars 2017 avec un siège en France, déploie ses activités essentiellement en mer du Nord (Royaume-Uni, Norvège, Pays-Bas, Allemagne), mais aussi en Indonésie, en Égypte et en Algérie. Sa production s'est élevée à 148.000 barils équivalent pétrole (bep) par jour en 2016, pour des réserves estimées à 672 millions de bep.

Cette opération permet à Engie de réaliser à 70% son programme de cessions de 15 milliards d'euros lancé sur la période 2016-2018, dans le cadre de sa nouvelle stratégie orientée sur les énergies bas carbone, les services énergétiques et les activités à prix garantis.

"Avec la clôture de cette transaction, les activités contractées et régulées représenteront plus de 85% de l'Ebitda (excédent brut d'exploitation, NDLR) d'Engie, permettant ainsi au groupe d'atteindre l'objectif fixé pour fin 2018 et d'améliorer son profil de risque", a commenté la directrice générale du groupe, Isabelle Kocher.

F.Bergé avec AFP