BFM Business

Engie salue les propositions de la Convention citoyenne sur le climat mais...

Invité de BFM Business, Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration d'Engie estime qu'on est pas allé assez loin en matière de taxe carbone.

La Convention citoyenne pour le climat a donné lieu à 149 propositions mais c'est surtout un exercice inédit de démocratie participative où 150 citoyens tirés au sort ont planché sur la question. Selon Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration d'Engie, l'exercice "est plutôt réussi".

"On ne peut pas, alors que tout un tas de gouvernements de par le monde, les banques centrales, s'apprêtent à supporter des plans d'investissements massifs, on ne peut pas passer à côté de l'opportunité qui est de profiter de ces plans pour contribuer à traiter la crise climatique", souligne-t-il sur BFM Business.

"Un manque qui saute aux yeux"

"Qu'un groupe de 150 citoyens se mobilise et exprime finalement avec clarté un certain nombre d'ambitions, je trouve que c'est bien. On a vu dans le passé, la difficulté du monde politique à faire passer des mesures (...) on cherche un autre moyen de faire s'exprimer nos concitoyens et je trouve qu'au total c'est un exercice plutôt réussi".

Parmi les 149 propositions: la taxation "verte" des dividendes, la réduction de la vitesse sur l'autoroute de 130 à 110km/h ou encore un "bonus-malus" pour les entreprises en fonction de leur bilan carbone. 

"Ils ont touché les grands sujets", reconnaît le dirigeant "mais pas la taxe carbone". "On trouve cette taxe sur les dividendes dont on sait pas trop pourquoi elle arrive là et en revanche rien sur la taxe carbone sinon pour dire il faut attendre un peu et puis quelque chose qui pour le coup est une bonne idée: la taxe carbone aux frontières. Mais la taxe carbone intérieure, elle est pas là"

Et de rappeler que "mettre un prix au carbone, c'est le moyen d'aligner les décisions des grands décideurs publics et privés. Et le fait de ne pas l'avoir dans ce rapport est effectivement un manque qui saute aux yeux".

Olivier Chicheportiche