BFM Business

Engie s'engage à ne plus produire que du gaz "vert" d'ici à 2050

Engie souhaite fournir désormais du gaz "vert" à ses clients. (image d'illustration)

Engie souhaite fournir désormais du gaz "vert" à ses clients. (image d'illustration) - Conan - Flickr - CC

L'énergéticien français souhaite produire, dans le futur, davantage de biogaz et ainsi s'affranchir peu à peu des grands pays gaziers.

Fournisseur historique de gaz naturel en France, Engie (ex-GDF Suez), mise désormais sur le biométhane et l'hydrogène pour "verdir" massivement son offre. Alors qu'il s'approvisionne auprès des grands pays gaziers, le groupe "travaille sur une quarantaine de projets d'unités de biogaz en France -des installations qui transforment en méthane des déchets, notamment d'origine agricole- dans lesquels il veut investir", rapporte l'agence Reuters.

L'entreprise souhaiterait également "développer des unités de production d'hydrogène", en particulier à partir de la conversion en gaz de l'électricité issue de sources renouvelables. L'hydrogène ainsi obtenu permettrait "d'alimenter les véhicules équipés de piles à combustible", précise l'agence.

"Nous allons progressivement verdir [le gaz] de sorte que, à l'horizon 2050 -et c'est un travail de fond que nous avons engagé- il puisse être à 100% vert", a affirmé Isabelle Kocher ce lundi lors d'une conférence de presse. "Nous nous intéressons au développement de grands projets pour faire naître des standards industriels, de façon à faire baisser les coûts, faire émerger une filière et faire en sorte que l'on passe d'un foisonnement de tout petits projets à quelque chose qui bascule à 100%", a précisé la directrice générale du groupe.

Selon Reuters, Engie estime que le gaz vert pourrait représenter 10% de la consommation française dès 2025 et 30% en 2030. En conséquence, les investissements du groupe dans le gaz renouvelable pourraient passer de "quelques dizaines" à "quelques centaines" de millions d'euros par an -hors grandes unités de production d'hydrogène- a estimé Didier Holleau, le directeur général adjoint des finances. 

A.M. avec agences