BFM Business

Diminuation de la consommation électrique: des Américains motivés par les impacts sur la santé

Les Américains, surtout ceux qui ont des enfants, sont plus motivés pour diminuer leur consommation d'électricité si on leur dit que cela permet de réduire la pollution et de préserver la santé, révèle une étude de l'Université de Californie

Les Américains, surtout ceux qui ont des enfants, sont plus motivés pour diminuer leur consommation d'électricité si on leur dit que cela permet de réduire la pollution et de préserver la santé, révèle une étude de l'Université de Californie - Tennessee_Valley_AuthorityFlickr

Le gouvernement fait la promotion de l'efficacité énergétique auprès des Français en mettant en avant les économies qu'ils peuvent réaliser. Un argument qui n'aurait aucun écho aux Etats-Unis, où les motivations des citoyens pour réduire leur consommation ne sont visiblement pas les mêmes.

Réduire la pollution et préserver la santé: voici les deux arguments qui font mouche auprès des Américains. Ces derniers sont prêts à faire un geste en diminuant la consommation électrique si cela a un impact direct sur leur environnement, surtout par ceux qui ont des enfants. C'est le résultat d'une étude publiée dans les compte-rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).

L'argument économique a très peu d'impact. Les chercheurs soulignent que l'électricité est très bon marché aux États-Unis.

Des testeurs répartis en trois groupes

Les auteurs ont étudié les réactions de personnes vivant dans 118 appartements à Los Angeles, en Californie. Pendant cinq mois en 2012, les résidents ont reçu un relevé hebdomadaire de leur consommation d'énergie. Certains d'entre eux ont été informés des économies qu'ils pourraient faire en comparant leur consommation à celle de voisins plus économes. Ils savaient de combien ils pourraient réduire leur facture, par exemple en éteignant la lumière après avoir quitté une pièce.

Un autre groupe a reçu les mêmes informations, mais les chercheurs ont aussi expliqué que consommer moins d'énergie contribuait à réduire la pollution de l'air qui peut provoquer de sérieux problèmes de santé chez les enfants. Ceux qui souffrent d'asthme et d'autres maladies respiratoires sont encore plus vulnérables. Enfin un dernier groupe témoin n'a reçu aucune information.

"Lier le bien public et le bien privé"

Au final les résidents qui ont été avertis des risques pour la santé ont en moyenne réduit leur consommation de 8% par rapport au groupe témoin. La réduction a atteint 19% dans les foyers avec des enfants, précise l'étude. Enfin ceux à qui les chercheurs n'ont mis en avant que les économies financières n'ont quasiment rien changé .

"Nous avons découvert qu'il fallait, pour vraiment changer les habitudes de consommation d'énergie, lier le bien public et privé", explique Magali Delmas, une économiste environnementale de l'Université de Californie à Los Angeles.

Pourtant des changements dans les habitudes quotidiennes de consommation d'électricité seraient nécessaires. Les bâtiments résidentiels et commerciaux comptent pour plus des deux tiers de la consommation d'énergie aux États-Unis. Près de 70% de l'électricité américaine est produite par des centrales au charbon et au gaz, particulièrement polluantes.

Nathalie Croisé