BFM Business

Ce parc solaire permet d'alimenter 50.000 foyers en électricité

La deuxième tranche du parc solaire Mohamed ben Rached Al-Maktoum a été inaugurée lundi 20 mars.

La deuxième tranche du parc solaire Mohamed ben Rached Al-Maktoum a été inaugurée lundi 20 mars. - Stringer - AFP

Dubaï vient d'inaugurer une nouvelle centrale solaire d'une capacité de 200 mégawatts, franchissant ainsi une nouvelle étape sur la voie du développement des énergies renouvelables aux Émirats arabes unis.

Au Moyen-Orient, on mise sur les énergies renouvelables pour produire son électricité. Dubaï vient de mettre en service une centrale solaire capable de fournir de l’électricité à 50.000 habitants. Cette installation, d’une puissance de 200 mégawatts (MW) constitue la seconde phase du parc solaire Mohamed ben Rached Al-Maktoum. Selon l'Autorité de l'électricité et de l'eau de Dubaï (DEWA), ce parc photovoltaïque doit générer 1.000 MW d’énergie lorsqu’il sera achevé à l’horizon 2020. Pour rappel, Dubaï ambitionne de produire 75% de son électricité à partir d’énergies renouvelables.

La centrale a été réalisée par un consortium conduit par ACWA Power (Arabie saoudite) associant l’espagnol TSK avec un investissement de 326 millions de dollars (304 millions d'euros). "C’est l’unique centrale de la région" a indiqué le patron de DEWA, Saïd al-Tayer, dont la compagnie achètera l’électricité produite. S’étendant sur 4,5 kilomètres carrés dans le désert de Dubaï, la centrale est dotée de 2,3 millions de panneaux photovoltaïques.

Dubaï dispose de peu de réserves pétrolières 

La première tranche du parc solaire Mohamed Ben Rached Al-Maktoum est devenue opérationnelle en 2013, avec une capacité de 13 mégawatts. Aux 200 mégawatts récemment inaugurés, DEWA va ajouter une troisième tranche. La société a choisi l'année dernière un consortium conduit par Masdar, une entreprise d'Abou Dhabi, pour réaliser la troisième et dernière phase de cette installation, d'une capacité de 800 mégawatts.

Dubaï a actuellement, toutes énergies comprises, une capacité de production de 10.200 mégawatts, a précisé Saïd al-Tayer. L'émirat fait partie de l'État des Émirats arabes unis, mais a peu de réserves pétrolières contrairement à son voisin Abou Dhabi. 

"L'État (des Emirats) a commencé tôt à se préparer à dire adieu à la dernière goutte de pétrole avec une stratégie claire consistant notamment à investir dans une nouvelle génération de centrales utilisant différentes technologies solaires", a déclaré le chef de DEWA.

A.M. avec AFP