BFM Business

Ce fabricant de moquette est l'une des sociétés les plus "vertes" du monde

En 20 ans, Interface a réussi à réduire considérablement ses consommations d'eau et d'énergie.

En 20 ans, Interface a réussi à réduire considérablement ses consommations d'eau et d'énergie. - Interface

Fondée en 1972, l’entreprise américaine Interface, spécialiste des revêtements de sol, a complètement changé ses méthodes de production pour devenir l'une firmes les plus vertueuses de la planète sur le plan environnemental.

Les entreprises éco-responsables existent. En France, c'est à l'occasion de la COP21 que plusieurs grands groupes comme Carrefour, L’Oréal ou encore Danone ont annoncé vouloir lutter concrètement contre le réchauffement climatique. 

Outre-Atlantique, les dirigeants d’Interface n’ont pas attendu la signature de l’Accord de Paris sur le climat pour changer leurs méthodes de production et améliorer l’efficacité énergétique de leur entreprise. Un virage écologique imposé par Ray Anderson, le fondateur de la société productrice de dalles de moquette, dès 1994. Directrice développement durable de la branche française, Laure Rondeau-Desroches rappelle l'élément déclencheur de ce tournant. Le chef d'entreprise "avait simplement perdu un appel d'offres incluant une clause environnementale."

Plus de vingt ans après la mise en place des premières mesures concrètes, inscrites au sein de la feuille de route "Mission Zero", la société désormais dirigée par Rob Boogaard souhaite devenir une "entreprise restauratrice". C'est-à-dire avoir un impact positif sur la planète. Dans les prochaines années, le dirigeant entend par exemple s'équiper de "technologies capables de capturer le CO2".

Moins d'énergie et d'eau consommée, plus de recyclage

Selon les derniers bilans publiés, en vingt ans, l'entreprise a réussi à diminuer sa consommation énergétique de 45%. En conséquence, les émissions de dioxyde de carbone ont également chuté (-92%).

En Europe, 100% des déchets de production sont désormais recyclés. Ce qui signifie qu'une dalle de moquette n'est plus exclusivement fabriquée à partir de dérivés du pétrole. Elle contient, en proportion variable, des chutes de fibres provenant d'un précédent cycle de production. Pour être moins dépendant de l'or noir, Interface a également développé des produits qui utilisent du plastique recyclé, pêché au milieu des océans ou extrait dans dans le verre des pare-brises recyclés.

Principal site de production, l'usine européenne de Scherpenzeel (Pays-Bas), ne consomme quasiment plus d'eau. Celle-ci circule en circuit fermé entre les différents bâtiments. Quant à l'électricité nécessaire au fonctionnement des infrastructures, elle est achetée auprès d'opérateurs locaux et provient de sources renouvelables. 

L'ensemble des solutions mises en œuvre a nécessité d’importants investissements. Interface refuse d'en livrer le montant précis, mais estime avoir économisé 435 millions de dollars depuis 1996.

Antonin Moriscot