BFM Business

Au Maroc, la plus grande centrale solaire d'Afrique prend de l'ampleur

La centrale solaire Noor, située dans le désert du Sahara près de Ouarzazate, occupe une superficie de 160 hectares.

La centrale solaire Noor, située dans le désert du Sahara près de Ouarzazate, occupe une superficie de 160 hectares. - Fadel Senna - AFP

Le Maroc vient de lancer la construction de la quatrième extension de la centrale solaire Noor, l'une des plus grandes au monde. Cette nouvelle tranche doit porter la puissance totale de ce parc à 580 mégawatts.

Dépourvu d’hydrocarbures, le Maroc met peu à peu en oeuvre son ambitieux plan de développement des sources d’énergie renouvelables. D'ici à 2018, le royaume espère subvenir à près de la moitié de ses besoins énergétiques grâce à ces nouvelles sources que sont l’éolien ou la géothermie mais surtout le solaire. La construction de l’imposante centrale photovoltaïque Noor, dont la première tranche a été inaugurée en février 2016, est en quelque sorte le symbole de la nouvelle politique énergétique du pays. 

Située à une vingtaine de kilomètres de Ouarzazate, aux portes du désert du Sahara, cette installation est censée permettre, à terme, de fournir de l'électricité à plus de deux millions d'habitants. La quatrième extension de la centrale solaire, appelée Noor-IV, dont les travaux viennent de débuter, sera développée sur une surface de 137 hectares et disposera d'une capacité de production de 72 mégawatts, indique l'agence officielle MAP.

Vue aérienne de la première tranche de la centrale solaire Noor.
Vue aérienne de la première tranche de la centrale solaire Noor. © Fadel Senna - AFP

Sa construction représente un investissement de 750 millions de dirhams (70 millions d’euros), principalement financé par la banque allemande KfW, qui contribue à hauteur de 659 millions de dirhams (61 millions d’euros). Noor-IV sera exploitée par une consortium regroupant l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen) et la société saoudienne Acwa Power, déjà autorisée à exploiter d'autres tranches du projet. Sa mise en service est prévue au premier trimestre 2018.

Plusieurs technologies employées 

La décision de construire cette centrale solaire par phase (quatre au total) permet aux autorités marocaines de tester des technologies différentes. Ainsi, Noor-I, la première installation construite et opérationnelle produit de l'électricité grâce à plusieurs centaines de miroirs courbes installés sur 480 hectares. Les rayons du soleil, reflétés par les miroirs, permettent de chauffer un fluide calorifère entraînant une turbine, ce qui produit de l'électricité.

Vue en détails des éléments utilisés par la centrale solaire Noor.
Vue en détails des éléments utilisés par la centrale solaire Noor. © Fadel Senna - AFP

En cours d'achèvement, la centrale Noor-II, qui s'étend sur 680 hectares fonctionne de la même manière que la première tranche du complexe. À noter qu'elle dispose de batteries permettant de stocker l'énergie produite pendant 8 heures.

Également en travaux, la centrale Noor-III fait elle appel à la technologie thermo-solaire avec tour. Contrairement aux trois autres installations voisines, Noor-IV produira de l'énergie électrique directement à partir du rayonnement solaire capté par des cellules semi-conductrices. En somme, l'installation repose sur de "simples" panneaux photovoltaïques

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV