BFM Business

Au cœur des îles Galapagos, le premier aéroport 100% écologique

L'aéroport est aujourd'hui le premier à utiliser entièrement les énergies renouvelables pour fonctionner.

L'aéroport est aujourd'hui le premier à utiliser entièrement les énergies renouvelables pour fonctionner. - Ecogal

Bâti sur une ancienne base militaire américaine, l'aéroport de Beltra a été l'objet d'une importante reconversion écologique en 2011 afin de mieux se fondre dans l'écosystème exceptionnel qui l'entoure.

Il constitue "la" porte d'entrée des îles Galapagos pour les touristes. Chaque année, 400.000 passagers, de toutes nationalités, débarquent à l'aéroport Seymour, situé à Baltra. Un site uniquement desservi par des vols en provenance des villes les plus importantes de l'Equateur, comme Quito ou Guyaquil. Une structure, située en plein coeur de la faune et la flore équatorienne, dont le territoire est d'ailleurs classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1978.

Les infrastructures de l'aéroport ont toujours existé, depuis la fermeture d'une base aérienne américaine en 1948. Mais dans un souci d'intégration écologique et de protection de l'environnement, le site a entièrement été repensé entre 2011 et 2014. Pendant près de 15 mois, des dizaines d'ouvriers ont entièrement démonté le grand hangar qui servait alors d'aérogare. De nombreux matériaux ont ainsi pu être récupérés et réutilisés dans la construction du nouveau bâtiment, beaucoup plus moderne. 

Entre 2011 et 2014, les anciens bâtiments ont été rasés, permettant la construction du nouvel aéroport.
Entre 2011 et 2014, les anciens bâtiments ont été rasés, permettant la construction du nouvel aéroport. © Xxchangwoo0120xx - Wikimedia - CC

"Nous sommes passés d'un endroit où il y avait l'armée à un aéroport 100% écologique" se félicite auprès de l'AFP, Ezequiel Barrenechea, le président de l'entreprise argentine qui a obtenu la concession d'exploitation de l'aéroport.

Une vitrine de la transition énergétique

L'objectif premier de ce chantier de 40 millions de dollars était de construire une infrastructure entièrement durable. Le directeur de l'aéroport, Jorge Rosillo souligne que depuis cette rénovation "tout fonctionne à l'énergie renouvelable". L'édifice de 6.000 mètres carrés est ainsi alimenté par de nombreux panneaux solaires qui recouvrent la toiture, et par trois énormes éoliennes. L'air conditionné, gourmand en énergie, figure lui aux abonnés absents (sauf pour le refroidissement de la salle des machines), remplacé par de larges fenêtres dénuées de vitres qui assurent le rafraîchissement de l'intérieur du bâtiment.

Solaire, éolien, larges ouvertures sans fenêtres permettent à l'aéroport Seymour de se passer d'énergies fossiles.
Solaire, éolien, larges ouvertures sans fenêtres permettent à l'aéroport Seymour de se passer d'énergies fossiles. © Rodrigo Buendia - AFP

Tous ces aménagements ont permis à l'aéroport Seymour de décrocher de nombreuses distinctions. Le "Leed Gold" lui a été décerné par l'USGBC (le conseil de la construction durable des Etats-Unis), en 2014 lors de son inauguration. Il s'agit actuellement de la plus haute distinction existante pour les constructions durables.

Antonin Moriscot