BFM Business

Doux: la justice valide la reprise de 5 sites

-

- - -

Le tribunal de commerce de Quimper a validé lundi après-midi la reprise de cinq sites du pôle frais sur les huit que compte le volailler industriel Doux. 700 emplois sur 1 700 seront sauvés.

Le tribunal de commerce de Quimper a décidé lundi de valider les offres de reprise partielle de cinq sites sur les huit du pôle frais du groupe volailler Doux, soit quelque 700 emplois sauvegardés sur près de 1 700.
Le tribunal de commerce a choisi de valider les offres de reprise partielle concernant les sites de Blancafort (Cher), Boynes (Loiret), Laval (Mayenne), Sérent et Pleucadeuc (Morbihan).
Les trois autres sites, Graincourt (Pas-de-Calais), La Vraie-Croix (Morbihan), et Le Pontet (Vaucluse), ne bénéficiaient pas d'offres de reprise.

Plus de 1 000 licenciements

« Je pense que je suis plus déçu que content, même si les sites sont tous repris à part ceux qui ont été liquidés dernièrement », a commenté Jean-Luc Guillard, responsable syndical central CFDT Doux.
« Ce n'est pas une satisfaction d'annoncer qu'il y a plus de 1 000 licenciements, surtout dans une entreprise comme la nôtre qui avait du potentiel pour préserver tous les emplois. On a laissé l'entreprise à la dérive et c'est les salariés qui paient les pots cassés. Je ne suis pas du tout content », a lancé le syndicaliste à l'issue du jugement.

Les sites préservés, dans le détail

Dans le détail, le tribunal a décidé la reprise par Galina du site de Pleucadeuc (Morbihan), où sont conservés 135 emplois sur 407.
A l'abattoir de Sérent (Morbihan), LDC garde 60 salariés sur 177.
A Laval, la totalité des 303 salariés sont repris par LDC.
A Boynes (Loiret), Glon Sanders et Duc conservent 95 emplois sur 170.
A Blancafort (Cher), Glon Sanders reprend 130 salariés sur 243.
Ces chiffres comprennent des CDI et des CDD, soit au total un peu plus de 700 personnes. Dans un bref communiqué transmis à l'AFP, le groupe Doux a confirmé la reprise d'environ 700 salariés.
Enfin, deux autres petits sites du groupe Doux, à Amilly (Loiret) et Clémont (Cher), représentant un total d'une trentaine de salariés, sont repris partiellement par Glon Sanders avec Duc.
Doux Frais, qui recouvre le pôle frais, est l'une des 23 sociétés du groupe Doux. Le sort des 22 autres sociétés, pour lesquelles le PDG Charles Doux travaille à un plan de continuation, sera examiné ultérieurement.
Le groupe Doux employait au total 3 400 salariés. Approvisionné par environ 800 producteurs de volailles, il fait également travailler de nombreux sous-traitants.

La Rédaction avec AFP