BFM Business

Vivendi: échec des discussions avec Echostar au Brésil

Vivendi a renoncé à vendre son opérateur télécoms brésilien GVT.

Vivendi a renoncé à vendre son opérateur télécoms brésilien GVT. - -

Le Français et l'Américain ne créeront pas de filiale commune pour proposer aux Brésiliens de la TV payante à la fois via fibre optique et par satellite.

Décidément, Vivendi n'a pas de chance au Brésil. Le groupe français a annoncé, vendredi 13 décembre, l'échec de ses discussions avec Echostar, sans fournir la moindre explication.

Les deux groupes avaient annoncé le 1er octobre "des négociations pour créer une filiale commune dans la télévision payante au Brésil". Cette filiale commune aurait été "contrôlée" par GVT, l'opérateur téléphonique brésilien appartenant à Vivendi. L'offre devait être proposée à la fois par satellite et par fibre optique, en utilisant le réseau de GVT.

Objectifs non tenus

Désormais, chacun fera bande à part. Vendredi, le bouquet américain a confirmé sa volonté de lancer son propre service de TV payante au Brésil en utilisant un satellite (il a acquis une licence pour cela en mai 2012). "GVT poursuivra de manière autonome son développement actif dans la TV payante", a ajouté Vivendi.

L'an dernier, Vivendi avait essayé de vendre GVT au grand rival d'Echostar, DirecTv, mais ce dernier n'avait finalement pas déposé d'offre. Vivendi avait alors renoncé à vendre GVT. "Le conseil de surveillance de Vivendi a décidé que GVT, qui connaît une croissance très forte, va rester dans le groupe", a déclaré Vincent Bolloré en septembre.

Toutefois, la croissance du Free brésilien ralentit fortement: elle est passée de +39% en 2011, à +28% en 2012, puis +14% sur les neuf premiers mois de 2013. Surtout, les objectifs de croissance pour 2012 (+35%) puis 2013 (+20%) n'ont pas été tenus...

Jamal Henni