BFM Business

Tavernost (M6): "2013 sera une année difficile"

Le patron de M6  a promis de continuer à investir dans ses programmes malgré la crise

Le patron de M6 a promis de continuer à investir dans ses programmes malgré la crise - -

Invité de BFM Business, le président du directoire de M6 a présenté des revenus en recul pour le 3ème trimestre. Il en a aussi profité pour tacler Canal Plus.

"2013 sera une année extrêmement difficile, encore plus dure que 2012". Invité mardi 6 novembre de BFM Business, Nicolas de Tavernost a délivré un message pessimiste: "le problème majeur du pays est que la situation économique se dégrade fortement. Le marché de la publicité télévisée est le résultat de l'acivité économique générale, qui n'est pas bonne".

Sur le plateau du 20h30, le président du directoire de M6 a prédit "des difficultés économiques majeures sur le secteur dans les deux à trois ans qui viennent, comme il y en a aujourd'hui dans les télécoms". En particulier, "il y aura des regroupements indispensables, et des difficultés dans le secteur de la production".

Coupable à ses yeux: "l'excès concurrentiel". Précisément l'arrivée en décembre de 6 nouvelles chaînes gratuites sur la TNT, qui va créer "une difficulté à financer le secteur. Pendant que le marché global diminue, on augmente l'offre! Cela montre un défaut de régulation du secteur. Nous avons alerté les pouvoirs publics, mais nous n'avons pas le sentiment d'avoir été entendus". Il a souligné que le marché de la publicité télévisée est aujourd'hui "inférieur" à celui de 2005, à la naissance de la TNT. Autrement dit, l'arrivée de nouvelles chaînes TNT n'a pas entraîné une "explosion" des recettes comme espéré, mais "un partage des mêmes ressources" par plus d'acteurs.

L'erreur stratégique de Canal Plus

Le patron de M6 n'a pas résisté au plaisir de tacler son meilleur ennemi, Canal Plus, en évitant toutefois de le nommer. "Quand nous voyons un acteur dominant sur son marché venir dans la TV gratuite, nous disons attention! C'est un facteur supplémentaire de désordre". Selon lui, la chaîne cryptée a commis "une erreur stratégique: il aurait été mieux de léviter sur son marché principal, plutôt que de venir batailler sur un marché déjà encombré".

Enfin, interrogé sur sa succession, Nicolas de Tavernost a esquivé: "la question ne se pose pas aujourd'hui. Si vous annoncez très en avance [votre départ], vous ne pouvez pas exercer vos fonctions". Il a aussi refusé de désigner un successeur, alors que tout le monde table sur son bras droit Thomas Valentin: "il y a beaucoup de candidats qui peuvent prétendre diriger M6". Rappelons qu'en 2011, l'âge limite des membres du directoire a été repoussé de 65 à 70 ans, ce qui permettra à Nicolas de Tavernost de rester en poste jusqu'en août 2020.

Le titre de l'encadré ici

|||Recettes en recul
Mardi 6 novembre après la clôture de la bourse, M6 a annoncé un chiffre d'affaires en recul de 5,2% au 3ème trimestre. Explication principale: une chute de 7% des recettes publicitaires, en raison d'"un environnement économique dégradé", partiellement compensé par une hausse des audiences. Ces chiffres sont en ligne avec les prévisions des analystes financiers. Toutefois, ces derniers avaient revu leurs prévisions à la baisse il y a environ un mois, la chaîne les prévenant qu'elles étaient trop optimistes. Ainsi, Exane avait alors revu de -6% à -8% sa prévision concernant les recettes publicitaires.

Jamal Henni