BFM Business

Quand Benjamin Castaldi s'endettait auprès du roi des sushis

L'animateur dit avoir été victime de l'affaire Apollonia

L'animateur dit avoir été victime de l'affaire Apollonia - AFP Jacques Demarthon

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. Ruiné, Benjamin Castaldi avait emprunté 70.000 euros à son ami Siben N'Ser, patron à succès de la chaîne Planet Sushi. Mais Siben N'Ser l'accuse de ne pas l'avoir pas totalement remboursé...

Les bons comptes font les bons amis, dit le proverbe. A l'inverse, les mauvais comptes défont les amitiés. Comme celle entre Benjamin Castaldi (47 ans) et Siben Daoud N'Ser (40 ans). D'un côté, une vedette de la télévision, fils des comédiens Jean-Pierre Castaldi et Catherine Allégret, petit-fils de Simone Signoret... De l'autre, un entrepreneur à succès, président-fondateur de la chaîne Planet Sushi, partie d'un petit restaurant ouvert en 1998 avenue Mozart à Paris, pour atteindre 70 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014...

Sans argent ni amis

Benjamin Castaldi a raconté avoir été ruiné dans une escroquerie immobilière il y a quelques années. Surendetté, il est alors l'objet de saisies sur salaires, qui lui laissent seulement "1.290 euros pour vivre". Dans son autobiographie Pour l'instant, tout va bien, il racontera: "J'étais privé de chéquier et de carte bleue. Mais le pire, et le plus douloureux, était ailleurs. Impossible d'oublier le regard de mes enfants découvrant que le père Noël n'avait pas pensé à eux. Image indélébile. [...] Je ne peux plus payer les pensions alimentaires à mon ex-épouse Valérie [...] Vient ensuite le moment délicat, humiliant, de demander à ma femme, Vanessa, de vendre ses bijoux..."

Ses amis se font rares, ajoute-t-il: "Quand on passe du Roederer Cristal à la clairette de Die, il n'y a plus grand monde à la table. Ça m'a permis de faire le tri dans mon entourage, et de me rendre compte que j'avais assez peu d'amis".

10.000 euros d'intérêts en cinq mois

Heureusement, il lui reste Siben N'Ser. Mi-janvier 2012, l'animateur lui emprunte 70.000 euros, et lui promet de les rembourser dans les quatre mois. Il donne en garantie un chèque de 80.000 euros, soit l'argent emprunté, plus 10.000 euros.

Mais l'animateur ne le rembourse pas totalement: il lui verse 5.000 euros, et son épouse de l'époque ajoute 40.000 euros. L'entrepreneur réclame alors le solde avec insistance. D'autant qu'il a besoin d'argent. Mi-2013, il a racheté la totalité de Planet Sushi, dont il avait vendu deux ans plus tôt 50,8% du capital à deux fonds pour 30 millions d'euros. Puis, en juillet 2014, Planet Sushi se place en procédure de sauvegarde, situation compliquée dont elle sortira un an plus tard. 

Une perle de Tahiti en garantie

Pour calmer le courroux de son ancien ami, Benjamin Castaldi lui fait remettre en 2014 et par l'intermédiaire d'un garçon de café, une perle de culture appartenant à sa femme.

Mais cela ne suffit pas à Siben N'Ser, qui engage plusieurs procédures contre Benjamin Castaldi. D'une part, il obtient une hypothèque provisoire sur sa résidence dans la forêt de Rambouillet, une maison qui est alors saisie et en train d'être vendue. D'autre part, il le poursuit en février 2015 devant le tribunal de grande instance de Paris. A cette occasion, la perle est expertisée et valorisée seulement à 5.000 euros.

Pour sa défense, Benjamin Castaldi répond que la perle expertisée n'est pas celle qu'il a remise à Siben N'Ser: elle est gris clair, alors que la perle qu'il a remise est bleu-verte. Surtout, sa perle vaut bien plus cher: il l'a achetée en 2008 à Tahiti pour 30.000 euros, comme l'atteste un certificat qu'il fournit à la justice.

Emails véhéments

Siben N'Ser assure que Benjamin Castaldi lui a promis 10.000 euros d'intérêts, d'où le chèque de 80.000 euros. Mais l'animateur le conteste. Siben N'Ser exhibe alors un SMS de Benjamin Castaldi où il déclare: "tu as déjà reçu 10.000 euros d'intérêt quand tout sera réglé". Mais ce n'est pas une preuve suffisante pour le tribunal, qui estimera que Benjamin Castaldi n'a pas à payer les 10.000 euros d'intérêts, mais uniquement les 25.000 euros encore dus, plus les frais de justice.

Enfin, et non des moindres, Benjamin Castaldi accuse Siben N'Ser de l'avoir fait chanter "en menaçant dans des emails de dire à la presse qu'il était un escroc". A ce titre, l'animateur lui réclame 20.000 euros pour "indemniser son préjudice moral, aggravé par l'atteinte porté à sa notoriété". Mais les juges l'ont débouté: "Il résulte de la lecteur des emails que M. N'Ser n'a fait que réclamer, certes dans des termes parfois véhéments, le paiement de sommes qui lui étaient dues". 

"Une période compliquée de ma vie"

Dix mois après avoir été rendu, le verdict du tribunal n'a néanmoins toujours pas été exécuté. Benjamin Castaldi n'a pas versé les 25.000 euros, et Siben N'Ser a toujours la perle...

Contactée fin juillet, Marie-José Charpentier Oltramare, avocate de Siben N'Ser, indique: "à ce jour, je n'ai enregistré aucun versement spontané des causes du jugement. Je vais donc procéder à la signification du jugement, puis à son exécution forcée provisoire. Il est possible que cette affaire se prolonge en appel".

De son côté, Benjamin Castaldi répond: "c'est une affaire privée qui renvoie à une période compliquée de ma vie".

Retrouvez les autres épisodes de la série ici.

Jamal Henni et Simon Tenenbaum