BFM Business

Netflix ne sera pas présent sur les box des FAI à son lancement

Netflix lance son service de vidéos en France le 15 septembre.

Netflix lance son service de vidéos en France le 15 septembre. - Justin Sullivan - Getty - AFP

L'entreprise californienne de VOD, qui lance son service en France le 15 septembre, n'a toujours pas trouvé d'accord avec les fournisseurs d'accès à Internet.

Netflix lancera son service de vidéo-à-la-demande en France le 15 septembre. Mais le Californien devrait partir avec un petit handicap. Sauf surprise de dernière minute, il ne devrait pas être disponible au démarrage sur les box des principaux fournisseurs d'accès à Internet: Orange, SFR, Free, Bouygues Telecom. Mais, comme dans les autres pays, il sera bien sûr accessible sur ordinateur, tablettes, console de jeux, TV connectées... 

Un marché différent

Reste que le marché hexagonal est différent, car beaucoup de Français regardent la télévision en la raccordant aux box des opérateurs. Selon le baromètre de GfK et du CNC, les box représentent 78% du marché de la vidéo-à-la-demande, contre seulement 22% pour un visionnage sur ordinateur.

Netflix, désireux d'être disponible partout et conscient de cette spécificité, a engagé depuis plusieurs mois des discussions avec les fournisseurs d'accès à internet, mais sans aboutir à ce jour, pour plusieurs raisons. 

D'abord, c'est un modèle nouveau pour Netflix, qui s'est lancé dans une distribution via les opérateurs il y a moins d'un an, grâce à un accord avec le câblo-opérateur britannique Virgin. Depuis, il a conclu une poignée d'accords avec de petits câblo-opérateurs américains, le suédois Com Hem et le danois Waoo!

Commissions peu généreuses

Ensuite, les opérateurs français, habitués à recevoir d'importantes commissions de la part de Canal Plus, se plaignent que Netflix leur propose une rémunération très faible. 

Autre problème: les programmes de Netflix représentent un trafic important, qui coûtera cher à transporter. "Netflix ne veut pas payer pour ça, et les opérateurs non plus", résume un fournisseur d'accès.

Pacte avec le diable

Last but not least, signer avec Netflix risque de déclencher un tsunami auprès du monde culturel et des politiques. Selon certaines sources, c'est d'ailleurs à la demande de l'ex-ministre de l'Economie Arnaud Montebourg qu'Orange a annoncé qu'il n'accueillerait pas Netflix sur ses box. De même, Canal Plus et TF1, qui multiplient les déclarations anti-Netflix, ont vraisemblablement dissuadé leurs sociétés soeurs SFR et Bouygues Telecom, de pactiser avec le diable.

Reste que le gouvernement n'a aucune base légale pour interdire aux "telcos" de signer avec Netflix. Surtout, les opérateurs n'ont pas envie de passer à côté d'un service très attractif. "Si un opérateur signe, tous les autres suivront", prédit l'un d'eux. En revanche, la présence de Netflix en exclusivité chez un seul fournisseur d'accès paraît peu probable, le Californien répétant vouloir être présent partout...

Interrogés, Netflix, SFR, Free, Bouygues Telecom se sont refusés à tout commentaires. 

Jamal Henni