BFM Business

Les croisières: un business de 39,4 milliards d'euros en Europe en 2013

En Italie, les croisières représentent 4,5 milliards d'euros du PIB.

En Italie, les croisières représentent 4,5 milliards d'euros du PIB. - -

Les dépenses liées aux croisières ont augmenté de 22% depuis 2008. En France, les dépenses du secteur représentent plus d'un milliard d'euros, selon une étude publiée ce lundi 16 juin.

Avec 6,4 millions de touristes résidents européens ayant réservé une croisière, soit une hausse de 3,6% par rapport à 2012, les bateaux ont tourné à plein régime en 2013.

Selon l'Association internationale des compagnies de croisières (CLIA) qui publie son rapport annuel lundi 16 juin, le secteur a représenté 39,4 milliards d'euros dans le PIB européen, l'année dernière.

La CLIA réalise cette estimation en évaluant le poids des dépenses directes des compagnies de croisière, de leurs équipages et de leurs passagers (16,2 milliards d'euros, contre 15,5 milliards en 2012) et les dépenses liées à la construction navale.

Selon cette méthode d'évaluation, les dépenses liées aux croisières ont augmenté de 22% depuis 2008.

6 millions de voyageurs en Europe

Trois facteurs majeurs contribuent grandement à la croissance annuelle de l'industrie de la croisière: la hausse du nombre de passagers en provenance d'Europe; une augmentation de passagers embarquant dans les ports européens; et enfin la domination des chantiers européens dans le secteur de la construction navale mondiale, précise CLIA Europe.

Les passagers européens représentent ainsi 30% de la clientèle mondiale, et ils sont 5 millions à rester en Europe pendant leurs vacances en mer. Mais un million de non-Européens choisissent également de venir passer leurs vacances sur le Vieux Continent.

L'Italie, première du classement

En France, la contribution économique directe du secteur représente 1,076 milliard d'euros. L'Hexagone se place à la cinquième place des pays profitant des dépenses liées aux croisières, derrière l'Italie (4,5 milliards), le Royaume-Uni (3,12 milliards), l'Allemagne (3,06 milliards) et l'Espagne (1,22 milliards).

Les chantiers navals français se placent, eux, en troisième position, derrière l'Allemagne et l'Italie et devant l'Espagne, la Finlande et le Royaume-Uni. Tous ces pays représentent 93% des constructions du continent.

J.S