BFM Business

Le terrorisme n’aurait plus le même impact sur le tourisme

Selon une étude espagnole, les touristes auraient adapté leur comportement vis-à-vis des attentats. Et renoncent de moins en moins au pays choisi initialement.

Face au terrorisme, les touristes s'adaptent. Malgré les attentats, ils renoncent de moins en moins à leur choix de destination. En tout cas, les voyageurs analysent plus finement les risques, selon une étude réalisée par un universitaire espagnol.

Désormais, il ne faut plus une attaque isolée mais une série d'attaques dans un même pays pour que l'impact sur le secteur du tourisme se fasse sentir - un impact lui-même de moins en moins long dans la durée. L'étude espagnole l'estime aujourd'hui entre 9 et 13 mois.

Un attentat n'est plus forcément un motif automatique d'annulation

Autre enseignement: les touristes évaluent de plus en plus précisément les risques. L'attentat n'est plus forcément un motif automatique d'annulation si le voyage est déjà réservé. Et en cas de modification, le touriste se reporte souvent sur un autre lieu mais toujours dans le même pays, afin de garder le même type de voyage en termes de culture, d'environnement ou de loisirs.

Enfin, le fait de vivre dans une ville qui a elle-même subi des attaques n'a pas d'influence sur le choix d'une destination. L'organisation mondiale du tourisme appelle les autorités à se montrer très précises dans leurs alertes ou mises en garde à leurs ressortissants, pour ne pas pénaliser toute l'économie touristique d'un pays.

Hélène Cornet