BFM Business

Le Festival de Cannes re-signe avec Canal Plus... faute de mieux

'Le Grand journal" s'est délocalisé sur la Croisette entre 2004 et 2015

'Le Grand journal" s'est délocalisé sur la Croisette entre 2004 et 2015 - AFP Samatha Dubois

La chaîne cryptée va continuer à diffuser la montée des marches et la cérémonie de clôture pour les trois prochaines années. Elle l'a emporté faute de combattants, son rival France Télévisions n'ayant pas fait d'offre.

Le Festival de Cannes et Canal Plus sont un vieux couple: depuis 1993, la chaîne cryptée est le partenaire média du festival, diffusant la montée des marches, les cérémonies d'ouverture et de clôture.

Un vieux couple qui, malgré d'inévitables querelles, est condamné à s'entendre. En novembre, le festival a re-signé pour trois ans avec la filiale de Vivendi. Un choix ainsi justifié par le président du festival Pierre Lescure: "Canal Plus reste un des acteurs essentiels du financement du cinéma, même sa politique a quelquefois été moins volontariste. Canal Plus a montré dès l'année dernière une vraie volonté de continuer à accompagner le festival de manière importante, contractuelle et financière. Canal Plus s'est montré volontariste, sur le plan financier et sur le plan des moyens de production. Ils ouvrent des cases et des propositions éditoriales plus importantes que l'année dernière".

Tête-à-tête

Autre explication avancée par Pierre Lescure: "nous n'avons pas eu de dialogue aussi constructif avec d'autres partenaires. Nos amis de France Télévisions étaient désireux, mais n'avaient pas encore eu le temps de s'y consacrer complètement, de nous proposer un plan éditorial précis, alors qu'ils sont en plein questionnement sur plein d'autres choses".

En termes moins diplomates, le festival s'est retrouvé en tête-à-tête avec Canal, car, selon des sources industrielles, France Télévisions n'a pas fait d'offre. En effet, les chaînes publiques ont vu leur budget rogné de 50 millions d'euros, et ont dû chercher des économies tous azimuts. L'ambition de devenir le diffuseur du festival est donc rapidement passée à la trappe. Seule a survécu la diffusion du talk show On n'est pas couché depuis les hauteurs de Cannes.

"C'est délicieux, Cannes, au mois de mai"

Rappelons que le mariage entre le festival et Canal a subi plusieurs accrocs ces dernières années, qui ont culminé pour l'édition 2016, Canal Plus, après avoir promis "un dispositif exceptionnel", a effectué le service minimum. Le budget total, qui était de 6 millions d'euros en 2015, a été réduit de 90%, selon les Jours. Une cure d'austérité assumée par le président du conseil de surveillance de la chaîne, Vincent Bolloré:

"C'est délicieux, Cannes, au mois de mai: la Croisette, le Suquet, les olives, la mer bleue... C'est sûr que quand on dit aux gens 'vous n'êtes plus 469 à partir, mais vous n'êtes plus que 50', vous n'êtes pas populaire..."

"Nous avons le sentiment de nous être fait avoir"

Cela n'avait pas été du goût des dirigeants du festival. Dans son livre Sélection officielle, le délégué général Thierry Frémaux vitupère:

"Le maire de Cannes s'émeut des retombées négatives pour la ville, [le délégué général du marché du film] Jérôme Paillard est furieux d'avoir à relouer si tardivement leurs espaces non occupés, et Pierre [Lescure] et moi avons le sentiment de nous être fait avoir: on nous promettait la nouveauté d'un effet de groupe, un gros environnement DailyMotion, des relais abondants sur iTélé, un concert sur la plage. Nous ne sommes pas contents: ce sont des problèmes qu'on ne devrait pas avoir.
Les dommages collatéraux sont réels, pas tant pour le Festival (le contractuel est respecté), mais pour l'antenne, pour les films, pour l'ambiance, pour les hôteliers aussi, car Canal Plus, c'était 500 personnes pendant deux semaines sur la Croisette. Pierre [Lescure] a écrit à Vincent Bolloré pour s'étonner de tout cela, et du silence dans lequel le Festival est tenu".

Pour l'édition 2017, la chaîne cryptée a cette fois à peu près tenu sa promesse de "dispositif exceptionnel". Mais les audiences ont été médiocres, sans doute impactées par l'effondrement des audiences du clair. Ainsi, la cérémonie de clôture n'a attiré que 1,08 million de cinéphiles, contre 1,74 million en 2016, ou encore 2,2 millions en 2013.

Pour 2018, la filiale de Vivendi promet à nouveau une large couverture, avec notamment un access prime time "100% festival" de 19h30 à 21h.

Contacté, France Télévisions n'a pas souhaité faire de commentaires.

Deux ans ou cinq ans?

En février 2016, Canal Plus publie un communiqué annonçant le renouvellement du partenariat avec le festival "pour les cinq prochaines années". Mais, selon les dirigeants du festival, la durée est de seulement deux ans. "Le contrat de 2016 avait été signé sur deux ans. Nous viendrons au terme du contrat en juin 2017", avait déclaré Pierre Lescure le 13 avril 2017. "Nous décidons que Canal Plus restera le partenaire audiovisuel du Festival. Nous donnons notre accord pour deux années, 2016 et 2017", confirme le délégué général Thierry Frémaux dans son livre Sélection officielle.

La vérité est apparemment entre les deux. "L'accord était d'une durée de deux ans, avec une option pour trois années supplémentaires", explique le festival, où l'on ajoute que l'accord prévoyait aussi une augmentation du prix payé par Canal en cas de prolongations. Selon le Journal du Dimanche, la somme versée par la chaîne, initialement de 1,5 million par édition, s'élève désormais à 3 millions d'euros. Une somme significative par rapport au budget du festival (20 millions d'euros), apporté pour moitié par la sphère publique (notamment 2,8 millions du CNC) et pour moitié par des sponsors privés.

Jamal Henni à Cannes