BFM Business

Le donut qui valait 100 dollars

Certains Américains sont prêts à dépenser 100 dollars pour une pâtisserie.

Certains Américains sont prêts à dépenser 100 dollars pour une pâtisserie. - Jason Kemplin - AFP

À New York, un beignet un peu spécial fait fureur. Il est composé d'ignames violets et de gelée de champagne, mais cela n'explique pas entièrement son prix exorbitant.

Combien dépenseriez-vous pour un donut? Vous ne vous êtes probablement jamais posé la question. 1 ou 2 euros peut-être. 3 ou 4 maximum s'il en vaut vraiment le coup. Mais certainement pas 100 dollars (près de 92 euros)! Et pourtant, c'est la nouvelle mode à New York. Le restaurant philippin Manila Social Club, dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn, vient de lancer ce beignet de luxe. Et sa composition explique son prix, comme le révèle le site Firstwefeast.

Le Golden Ube Donut est, en effet, composé d'une mousse d'ignames violets, fourré d'une gelée de champagne Cristal et recouvert d'un glaçage au champagne et de copeaux d'or de 24 carats.

Björn DelaCruz, le chef du restaurant, raconte qu'il a eu l'idée de créer cette pâtisserie pour les fêtes de fin d'année, et qu'il la livre en personne. La réussite est telle qu'il a décidé de la garder à sa carte. S'il ne veut pas dévoiler le nombre de donuts vendus, certains clients n'ont pas hésité à dépenser plus de 1.000 dollars pour une dizaine de ces beignets. Ce qui n'étonne pas le moins du monde le chef, qui déclare: "C'est de l'art".

Des ingrédients choisis avec soin

Mais Björn DelaCruz tient à être clair. Il n'a pas seulement recouvert une pâtisserie de feuilles d'or pour que cela fasse joli et soit cher. "Si nous voulions faire quelque chose de vraiment cher, nous aurions juste à envelopper du bœuf de Kobe dans du foie gras, le cuire et le recouvrir d'or". Le chef explique qu'il a choisi avec soin le champagne Cristal pour ses notes de miel qui "vont très bien avec l'igname violet (…) Il y a une combinaison dans tout cela".

Björn DelaCruz n'en est pas à sa première création hors des sentiers battus. Le New York Times avait salué ce chef et son omelette d'aubergines agrémentée de cendre d'aubergines ou encore son plat de nouilles parsemé de foie gras et de morceaux de cuisse de canard confit.

Diane Lacaze