BFM Business

La Turquie exporte ses séries à travers le monde

Les personnages de la série turque "The end", exportée dans 35 pays dont l'Angleterre et la Suède.

Les personnages de la série turque "The end", exportée dans 35 pays dont l'Angleterre et la Suède. - -

Au MIPTV qui s'est ouvert à Cannes ce 7 avril, les producteurs de séries américains, israéliens et coréens font face à un nouveau-venu à la croissance exponentielle: la Turquie.

Le MIPTV, le marché international des programmes, a ouvert ses portes à Cannes, lundi 7 avril. C'est le principal rendez-vous mondial des professionnels de la télé. C'est là que sont découverts, vendus et achetés les concepts d'émissions et de séries à travers le monde. Parmi les pays qui exportent le plus ses programmes télé dans le monde, la Turquie.

Sur le marché international des séries, les Américains ne sont plus tout seul. Au niveau mondial, une foule de nouveaux concurrents tentent de tirer la couverture à eux: Israël, la Corée du Sud, ou encore, donc, la Turquie, qui fait une percée spectaculaire.

Le pays situé au croisement de l'Occident, de l'Orient et de l'Asie a vendu pour 150 millions de dollars de séries à l'export l'an dernier. C'est aujourd'hui l'exportateur de série le plus dynamique au monde. Pas encore le plus gros, mais celui qui connaît la plus importante croissance et les plus gros succès d'audience à l'étranger.

Des programmes haut de gamme

Attention, on ne parle pas de série low cost ou de télénovelas proche oriental. Le secteur de la télévision en Turquie est très concurrentiel, et très professionnel. Largement au niveau des standards occidentaux.

Les séries turques s'exportaient depuis longtemps chez ses voisins du Proche et du Moyen-Orient. Mais aujourd'hui, la Turquie a largement dépassé son marché régional. La série "The end" par exemple, un thriller psychologique dans une famille déchiré par le mensonge et la manipulation, a été acheté en version original dans 35 pays dont l'Angleterre et la Suède. Des adaptations sont maintenant envisagées aux États Unis en Allemagne et en France

Simon Tenenbaum et Alice Fenwick