BFM Business

La hausse de la taxe de séjour sera déposée par amendement

L'Hôtel Crillon, sur la place de la Concorde à Paris.

L'Hôtel Crillon, sur la place de la Concorde à Paris. - Tristan Nitot - Wikimedia - CC

Selon les informations de BFM Business, la hausse de la taxe de séjour pour l'hôtellerie haut de gamme ne figurera pas dans le texte du Budget 2015, mais sera proposée par la majorité au cours du débat à l'Assemblée.

Le budget 2015, qui sera présenté mercredi matin, prévoit de réaliser 21 milliards d'euros d'économies l'année prochaine. Il affichera un déficit toujours très élevé, à 4,3% du PIB. Lors de cet exercice de présentation, le gouvernement dévoilera une myriade de mesures qui ont un impact sectoriel plus ou moins fort.

Une d'entre elles ne figurera pas dans le budget mercredi, mais selon les informations de BFM Business, sera bel a bien intégrée pendant le débat : la taxe de séjour. Le principe de son augmentation sera déposé par amendement pendant le débat budgétaire. Il faut dire que c'est un sujet sensible: l'idée, c'est de relever le niveau de cette taxe payée par les clients des hôtels.

Bercy et Orsay s'y opposent, Paris défend l'idée

Christian Eckert, secrétaire d'Etat au Budget, avait déjà voulu s'y attaquer l'été dernier en visant les hôtels haut de gamme. Il y voyait un bon moyen de mettre à contribution les touristes pour financer des projets locaux.

Mais Laurent Fabius s'y était opposé. Au Quai d'Orsay, où l'on a en charge le Tourisme, il n'est pas question de de toucher à ce secteur, créateur de croissance et d'emploi. Même au sein de Bercy, Michel Sapin avait critiqué la première mouture, la qualifiant d'erreur.

Au moment où le gouvernement promet de tout faire pour baisser la pression fiscale, le texte a finalement été retiré, mais pas abandonné pour autant. Parmi les partisans de cette taxe au sein de la majorité, on compte notamment la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui défend l'idée d'épargner la petite hôtellerie pour cibler uniquement les chambres à plus de 100 euros. 

Caroline Morisseau