BFM Business

INA: Agnès Saal exclue pour 2 ans de la fonction publique

Agnès Saal est accusée d'avoir engrangé de très nombreux frais de taxis.

Agnès Saal est accusée d'avoir engrangé de très nombreux frais de taxis. - Dominique Faget - AFP

Cette haute fonctionnaire est accusée d'avoir dépensé 40.000 euros de frais de taxis lorsqu'elle était à la tête de l'INA et 38.000 à l'époque où elle dirigeait le Centre Pompidou.

La sanction disciplinaire est tombée pour Agnès Saal. L'ex-patronne de l'INA est exclue de la fonction publique pour 2 ans, dont 6 mois ferme. Une sanction administrative décidée par le président de la République et annoncée par le ministère de la Culture.

Agnès Saal a été nommée en avril 2014 à la tête de l'INA. La haute fonctionnaire est accusée d'y avoir dépensé plus de 40.000 euros en frais de taxis en dix mois. Dont 6.700 euros pour son fils qui possédait son code de réservation. 

400.000 euros de frais de taxis?

Auparavant, alors qu'elle était à la tête du Centre Pompidou, elle avait déjà accumulé 38.000 euros de frais de taxis. La partie émergée de l'iceberg, selon L'Express, qui estime la note à 400.000 euros en 7 ans. 

Agnès Saal faisait l'objet d'une procédure disciplinaire administrative qui a abouti à cette sanction prise par décret du chef de l'État. Le 4 décembre, elle a été placée en garde à vue dans le cadre de ces deux affaires. Elle pourrait être accusée de "détournement de fonds publics aggravé". Le détournement de fonds publics est prévu et réprimé par l’article 432-15 du Code pénal. Il se définit comme "le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l'un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres en tenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission", rappelle Me Pierre Lebriquir, avocat au barreau de Paris. Le détournement est puni de dix ans d’emprisonnement et de 150.000 euros d’amende.

D. L. avec AFP