BFM Business

Facebook va investir 5,7 milliards de dollars dans l’indien Jio Platforms

Facebook

Facebook - Olivier Douliery - AFP

Grâce à cet investissement, Facebook va pouvoir s’implanter dans le marché du e-commerce en Inde.

Facebook a annoncé un investissement de 5,7 milliards de dollars dans Jio Platforms, qui va lui donner le contrôle de 9,99% de cette filiale numérique du conglomérat Reliance Industries et lui permettre de s'implanter dans le marché du e-commerce en Inde. Il s'agit d'un des plus grands investissements étrangers réalisés en Inde, qui fera de Facebook le premier actionnaire minoritaire de Jio Platforms, propriété de Mukesh Ambani, l'homme le plus riche d'Inde.

Fort des 388 millions de clients de sa filiale télécoms Jio, premier opérateur mobile du pays de 1,3 milliard d'habitants, Reliance Industries compte lancer cette année via sa filiale numérique un grand portail de vente en ligne, JioMart. Celui-ci représentera un sérieux rival pour les leaders actuels du secteur en Inde, Amazon et Flipkart (propriété du distributeur américain Walmart).

Premier marché

Facebook a expliqué que cet investissement devait lui permettre de conjuguer "la puissance de WhatsApp", sa messagerie, à Jio Platforms, et ce pour générer de la croissance. L'Inde est le premier marché du groupe californien, avec environ 400 millions d'utilisateurs. "L'Inde connaît une des transformations économiques et sociales les plus dynamiques que le monde ait jamais connue, rendue possible par l'adoption rapide des technologies du numérique", a déclaré Facebook dans un communiqué, en précisant que 560 millions de personnes avaient obtenu ces cinq dernières années en Inde un accès à Internet.

En seulement quatre ans, Mukesh Ambani a fait de sa filiale télécoms Jio le premier opérateur mobile du pays, battant un à un ses concurrents grâce une politique de prix très agressive. S'appuyant sur cette énorme base de clients mobile, Jio Platforms fournit des services internet et de commerce en ligne. "La nouvelle plateforme d'e-commerce de Jio et WhatsApp permettra à près de 30 millions de petites épiceries indiennes d'effectuer des transactions numériques avec chaque consommateur dans leur quartier", a déclaré Mukesh Ambani dans un communiqué vidéo. La "synergie entre Jio et Facebook aidera" à créer de nouveaux emplois et donnera des opportunités à des petits commerces en Inde, a-t-il ajouté.

L'Internet Freedom Foundation, une organisation indienne de défense des droits numériques, s'est inquiétée que ce rapprochement de deux géants contribue "à la concentration du pouvoir du marché et des réseaux". "Il y a une certaine nervosité autour de ce contrat", a déclaré l'ONG.

Revers de Facebook en Inde

L'investissement de Facebook dans Jio Platforms marque la volonté de Jio d'étendre sa force de frappe en s'associant à l'avenir avec des entreprises d'autres secteurs, comme le divertissement, l'éducation et la finance, estiment les analystes. "Cela s'inscrit dans une stratégie plus large de Reliance", explique Arvind Singhal, fondateur du cabinet de conseil en management Technopak Advisors. "Cela ouvre la possibilité que demain l'entreprise noue un partenariat avec Netflix, par exemple, pour distribuer des films ou avec des sociétés travaillant dans d'autres secteurs comme l'enseignement (...) en leur offrant un accès immédiat aux millions de clients Jio", indique-t-il à l'AFP.

Mukesh Ambani, 63 ans, a récemment perdu son titre d'homme le plus riche d'Asie suite à la déroute des marchés boursiers provoquée par la pandémie de coronavirus, selon l'index des milliardaires de l'agence Bloomberg. Ce nouveau partenariat sera scruté de près par Amazon et Walmart, d'autant que JioMart bénéficiera d'un avantage sur ses deux principaux concurrents. Ceux-ci sont bridés par les sévères restrictions imposées par New Delhi aux entreprises à capitaux étrangers opérant en Inde. "C'est une opportunité pour Amazon et Walmart de repenser leur stratégie (...) peut-être de considérer une alliance avec d'autres entreprises de télécoms indiennes", estime Arvind Singhal.

Facebook a connu plusieurs revers en Inde ces dernières années. Son programme prévoyant de fournir un internet limité gratuit a buté contre les objections du régulateur. Sa messagerie WhatsApp a également été accusée de faciliter la propagation d'infox dans le pays, qui ont entraîné une vague de lynchages en 2018. "Étant donné les problèmes de crédibilité de Facebook en Inde, cela fait énormément sens pour eux de passer une alliance stratégique avec Jio, qui a de l'influence et de l'argent", estime Faisal Kawoosa, fondateur de l'entreprise de conseil numérique techARC. Les marchés ont salué l'entrée de Facebook au capital de Jio Platforms: le cours de Reliance Industries a clôturé en hausse de 10% mercredi à la Bourse de Bombay.

D. L. avec AFP