BFM Business

Exclusif: vers une diffusion de RFI en province

France 24 envisage un décrochage en France afin de collecter de la publicité hexagonale

France 24 envisage un décrochage en France afin de collecter de la publicité hexagonale - -

Le budget pluri-annuel de l'audiovisuel extérieur évoque une diffusion de RFI en FM à Strasbourg, Marseille, Lyon et Bordeaux. La radio arabophone MCD vise quant à elle une diffusion sur Paris.

RFI, déjà diffusée en FM sur l'Ile-de-France, pourrait bientôt faire de même dans les principales villes de province. C'est en tous cas ce qu'indique le budget pluri-annuel de l'audiovisuel extérieur, en cours d'adoption.

"La recherche de fréquences pour RFI à Strasbourg, Marseille, Lyon et Bordeaux pourra être expertisée". Et "l’expérience en cours de la diffusion de RFI sur une fréquence temporaire à Marseille mériterait d’être poursuivie", indique le document.

RFI envisage aussi une diffusion en numérique: "les possibilités de diffusion en radio numérique terrestre (RNT) seront évaluées le cas échéant".

MCD diffusée en FM sur Paris

Enfin, la radio internationale aimerait aussi que ses programmes soient partiellement repris sur des radios existantes. "Une piste de coopération avec Radio France porte sur les opportunités de diffusion partielle sur des fréquences du groupe public dans les villes où RFI n’est pas diffusé. Des partenariats seront recherchés également avec des radios locales".

MCD (la petite soeur de RFI diffusant en arabe) n'est pas en reste: une diffusion en FM sur Paris "pourra être expertisée".

France 24 sur France Télévisions

Côté télévision, l'objectif est aussi d'accroître la diffusion de France 24 dans l'Hexagone. "Une diffusion, au moins partielle, de France 24 sur la TNT sera recherchée", indique le document. D'ores et déjà, une fréquence TNT a été obtenue pour diffuser la chaîne d'information le matin en Ile-de-France.

Mais ce n'est pas tout. "Un axe de coopération avec France Télévisions porte sur la recherche d’une exposition sur la TNT sur une des chaînes de France Télévisions". Des discussions sont déjà en cours à ce sujet depuis près d'un an, mais sans aboutir...

Longue justification

Le document estime qu'être reçu en France est "nécessaire" pour plusieurs raisons. D'abord, RFI et France 24 "ont pour vocation de s’adresser aux auditoires d’origines étrangères résidant en France". Ensuite, "une bonne assise nationale permet à France 24 d’asseoir sa notoriété et sa légitimité mondiale. En conséquence, une diffusion sur la TNT en France renforcerait son positionnement sur le marché publicitaire pan-européen".

Mais France 24 veut aussi s'attaquer au marché publicitaire hexagonal. "Il conviendra d’explorer la possibilité de vendre de l’espace publicitaire dans les offres thématiques nationales, sur le modèle de TV5 Monde. La mise en place d’un décrochage de France 24 sur la France est la condition nécessaire à ce type de commercialisation", indique le texte.

Expansion mondiale

Mais l'audiovisuel extérieur veut aussi étendre sa diffusion dans le monde entier. Même si, contraintes budgétaires obligent, cela se fera en "redéployant" des émetteurs FM. En effet, le budget pluri-annuel prévoit seulement 6 émetteurs FM en plus d'ici 2015 (5 pour RFI et un pour MCD). Sur la même période, le nombre de foyers recevant France 24 doit passer de 206 à 250 millions.

Précisément, France 24 compte se positionner sur le satellite en Asie, et sur la TNT dans le monde arabe, en Afrique, et en Amérique du nord.

De son côté, RFI doit se doter de nouveaux relais FM au Ghana et au Mozambique, et "optimiser son maillage FM sur des marchés stratégiques d'Afrique francophone (Côte d’Ivoire notamment)".

Pour sa part, MCD doit ouvrir des émetteurs FM en Égypte, en Syrie, au Yémen, à Abu Dhabi et à Tripoli, tout en demandant des fréquences FM au Maghreb. Enfin, un "rapprochement" avec la radio marocaine Médi 1 (financée par la France) sera "étudié".

Au final, on est donc à l'opposé des recommandations du rapport de l'Inspection des finances de 2011, qui préconisait de faire des choix et de fermer certains émetteurs...

Interrogé, France Médias Monde (holding détenant RFI et France 24) indique que "les versions du contrat d'objectifs et de moyens qui circulent sont encore provisoires et non finalisées".

Jamal Henni