BFM Business

Exclusif - Canal Plus veut diffuser moins de musique sur D17

La chaîne TNT s'est successivement appelée Europe 2 TV, Virgin 17, Direct Star et D17

La chaîne TNT s'est successivement appelée Europe 2 TV, Virgin 17, Direct Star et D17 - -

Le nouveau propriétaire de la chaîne a demandé au CSA que la musique représente 60% du temps d'antenne au lieu de 75%. Il a reçu le soutien des producteurs de disque.

La quatrième tentative pourrait enfin être la bonne. Une fois de plus, D17 est allé frapper à la porte du CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) pour lui demander d'alléger ses obligations. Précisément, D17 aimerait que les programmes musicaux représentent seulement 60% de son temps d'antenne, alors que l'obligation s'élève actuellement à 75%.

Déjà, en 2009, 2010 et 2012, la chaîne musicale de la TNT avait déposé une demande similaire auprès du gendarme de l'audiovisuel. Mais, à chaque fois, la chaîne a changé de mains (Lagardère l'a vendue à Bolloré qui l'a revendue à Canal Plus), ce qui avait évité au CSA de répondre.

Robinets à clips

Cette fois, D17 a un atout de plus dans son dossier: le soutien des producteurs de musique, aussi bien des majors (Snep) que des indépendants (Upfi). En effet, l'ex-Direct Star a conclu l'an dernier un accord selon lequel les producteurs "s'engagent formellement à soutenir la démarche entreprise auprès du CSA" .

Toutefois, ce soutien a une contrepartie. L'accord prévoit que la chaîne se mette à diffuser plusieurs nouvelles émissions musicales. D'abord, "un magazine hebdomadaire sur l'actualité diffusé aux heures de grande écoute". Ensuite, une émission "en première partie de soirée consacrée à la musique et à son actualité, au sein desquels les artistes interpréteront leurs nouveautés" (d'une à six fois par mois). Enfin, une fois par an, D17 diffusera le prix Constantin qui consacre des nouveaux talents, ainsi qu'"une grande cérémonie événementielle".

Bref, les producteurs ont échangé de la quantité contre de la qualité. Ces nouvelles émissions permettraient à D17 de sortir de son modèle de robinets à clips. En effet, les obligations sont actuellement remplies en diffusant des clips en continu jusqu'à 18h30, et il n'y a quasiment plus de musique après 18h30, c'est-à-dire lorsque l'audience est plus grande.

75 millions de pertes

D17 a visiblement du mal à remplir son obligation de consacrer 75% des programmes à la musique: elle ne l’a quasiment jamais respectée depuis son lancement, ce qui lui a valu plusieurs mises en garde du CSA.

Mais cette question des obligations est centrale pour l'équation économique de D17. Son premier propriétaire, Lagardère, estimait même que les pertes (75 millions d'euros cumulées depuis la création) étaient dues aux obligations. "Le problème de la chaîne, c'est sa convention d'émettre conclue avec le CSA, qui contient de multiples contraintes, et qui ne lui permet pas de rencontrer le succès d'audience, et donc économique", expliquait ainsi en 2010 Didier Quillot, patron de Lagardère Active, pour justifier la vente à Bolloré. Et c'est aussi en raison de ces obligations que M6 avait écarté un rachat de D17.

W9 veut aussi un allégement

Reste que les dirigeants de Canal Plus ont répété ces derniers mois ne pas avoir l'intention de revendre D17, même s'ils admettent en avoir hérité un peu par hasard. "Ce qui nous intéressait, c'était D8. On a récupéré D17 dans l'acquisition de D8, on ne se serait pas prononcés pour acheter D17 isolément. D'ailleurs, quand Lagardère a vendu D17 sur le marché, on n'a pas souhaité la racheter", déclarait le directeur général Rodolphe Belmer en octobre 2011.

A noter que parallèlement, l’autre chaîne musicale de la TNT, W9, est aussi allée frapper à la porte du CSA pour assouplir son obligation, qui est de diffuser 50% d'émissions musicales. Mais la filiale de M6 n'a pas encore conclu d'accord avec les producteurs de disques.

Interrogés, Canal Plus et M6 se sont refusés à tout commentaire.

Jamal Henni