BFM Business

Euro 2016: Evian investit 779.000 euros pour accueillir la Mannschaft

Avec vue sur le lac Leman, le stade Camille Fournier servira de terrain d'entrainement à l'équipe nationale allemande de football durant toute la compétition.

Avec vue sur le lac Leman, le stade Camille Fournier servira de terrain d'entrainement à l'équipe nationale allemande de football durant toute la compétition. - AFP - Philippe Desmazes

"La cité thermale haut-savoyarde entend booster son économie en devenant le camp de base de l’équipe allemande de football pendant un mois."

Elle ne fait pas partie des villes hôtes homologuées par l'UEFA, mais a tapé dans l'œil de la fédération allemande: Évian, 11.000 habitants, se prépare à accueillir durant l'Euro 2016 la "Mannschaft", championne du monde en titre.

C'est en juin 2015 que la cité thermale haut-savoyarde a été approchée par la fédération allemande (DBF) qui souhaitait en faire son camp de base durant la compétition. Et depuis les échanges n'ont plus cessé.

"Les retombées pour les commerces, les hôteliers et la région seront excellentes", se réjouit Marc Francina, le maire (Les Républicains) d'Evian, qui établit volontiers un parallèle entre la venue de la "Mannschaft" et l'organisation par sa ville du sommet des pays les plus industrialisés (G8), en 2003.

"7 à 10 années de retombées économiques"

"On récolte encore les fruits du G8. Et partout où elle est passée, l'équipe allemande a généré derrière elle 7 à 10 années de retombées économiques", explique-t-il. Pour respecter le cahier des charges fourni par la DFB, la ville a dû réaliser 779.000 euros d'investissements. Notamment dans la réhabilitation du terrain communal - inauguré en 1964 -, situé à moins d'un kilomètre de l'hôtel quatre étoiles où logera l'équipe, et qui servira de centre d'entraînement.

"Ces aménagements devaient être réalisés d'ici trois ans. Ils ne sont donc pas perdus. Ce montant comprend les dépenses publicitaires, l'embellissement de la ville, la rénovation des vestiaires et la planimétrie de la pelouse, qui sera coupée à 1 centimètre de hauteur", détaille Marc Francina.

La ville, qui va impliquer les clubs sportifs locaux dans l'animation des rues durant l'Euro, a également créé un terrain synthétique "que les joueurs n'utiliseront finalement pas". Elle a enfin installé près du complexe, dans un boulodrome et une halle de handball le jouxtant, un centre médias censé accueillir les 300 journalistes accrédités qui suivront la Mannschaft.

La sécurité renforcée

De son côté, la direction de l'hôtel réservé par le DFB - dont les 83 chambres situées au bord du lac Léman ont été rénovées en 2010 - forme ses employés à la langue allemande. Elle a aussi noué un partenariat avec une école hôtelière qui va alimenter son staff en profils germanophones.

Au total, ce sont 400.000 euros, majoritairement investis dans le domaine de la sécurité - portiques, caméras, clôtures... - qui ont été débloqués par l'établissement pour accueillir les Allemands. Pendant leur séjour, 80 personnes seront employées pour accompagner exclusivement l'équipe. Y compris le chef cuisinier du quatre étoiles, qui travaillera main dans la main avec de son homologue de la DFB.

"Le marché allemand est un marché de proximité qui nous intéresse. Depuis l'annonce de l'arrivée de la Mannschaft, on commence à avoir des demandes venues d'Allemagne, que nous n'avions pas forcément avant", précise Yannick Le Hec, directeur général de l'Evian Resort.

Touristes allemands

Côté sécurité, la ville d'Évian a réclamé au ministère de l'Intérieur des renforts policiers et s'appuiera sur le dispositif utilisé lors du G8 (Police nationale, municipale et GIGN). Le site qui accueillera les champions du monde sera quant à lui sécurisé par l'UEFA et la DFB. "L'avantage, à Évian, c'est qu'on peut boucler et sécuriser très rapidement un secteur avec une compagnie de CRS, et la ville en moins de 3 heures", ajoute Marc Francina.

Les responsables hôteliers de la ville affirment quant à eux n'avoir aucune idée précise de l'affluence qu'ils vont devoir absorber en juin. Mais ils précisent que nombre d'établissements affichent déjà complet et font face à des demandes supplémentaires redirigées vers les communes avoisinantes. "Les Allemands suivent leur équipe nationale. On saura s'adapter", assure le maire d'Évian.

Benoit Pavan (AFP), édité par A.R.