BFM Business

En pleine restructuration, le géant de la publicité WPP voit ses bénéfices s'effondrer

Le bénéfice net de WPP est tombé à 624 millions de livres lors de l'exercice écoulé.

Le bénéfice net de WPP est tombé à 624 millions de livres lors de l'exercice écoulé. - AFP

Le géant britannique de la publicité et de la communication a annoncé jeudi une chute de 41% de son bénéfice net en 2019 en raison du coût de sa restructuration et d'un marché morose.

Le mastodonte de la publicité WPP a publié jeudi ses résultats préliminaires pour l'exercice 2019. Et ils sont particulièrement mauvais. Bien que le groupe publicitaire britannique entrevoit un redressement de son activité depuis le second semestre 2019, le bénéfice net part du groupe de WPP est tombé à 624 millions de livres lors de l'exercice écoulé, indique le groupe dans un communiqué. Soit 41% de moins qu'en 2018.

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

Les investisseurs se sont inquiétés de cette publication au point que le titre de WPP dévissait de 15,70% à 765,80 pence à la Bourse de Londres vers 10H20 GMT ce jeudi dans un marché plombé par ailleurs par le coronavirus.

3.500 suppressions de postes

De fait, le directeur général, Mark Read, cherche depuis 2018 à simplifier le groupe, qui était devenu tentaculaire sous l'impulsion de son prédécesseur Martin Sorrell avec de multiplies filiales dans la communication, le conseil et la publicité.

Cette restructuration, prévue sur trois ans jusqu'en 2021 et qui est censée permettre au groupe de renouer avec la croissance, passe par 3.500 suppressions d'emplois et des cessions d'actifs comme le cabinet de conseil Kantar dont il a cédé le contrôle fin 2019.

Jusqu'à présent, 80 branches d'activités ont été fermées ou sont sur le point de l'être et une centaine de succursales ont fusionné. WPP entend en outre avoir une relation plus étroite avec ses clients dont les 30 plus grands représentent à eux seuls 30% de son chiffre d'affaires.

Ces mesures sont coûteuses et ont représenté une charge de 153 millions de livres en 2019 (180 millions d'euros), ce qui a contribué à plomber son bénéfice net.

Les géants du numérique à l'assaut de la publicité

Le groupe affronte dans le même temps un marché publicitaire défavorable, entre ralentissement de la croissance mondiale, qui pèse sur les budgets publicitaires des grandes entreprises, et concurrence des géants américains du numérique.

Ses ventes ont progressé de seulement 1,4% à 13,2 milliards de livres l'an dernier, mais sa croissance à données comparables, l'indicateur le plus suivi du secteur, a été nulle, pénalisée par des pertes de contrats aux Etats-Unis. 

Le directeur général estime avoir atteint les objectifs du groupe pour l'année, ajoutant que "le second semestre de 2019 a été meilleur que le premier, avec une amélioration des performances dans le monde et aux Etats-Unis, notre plus grand marché".

Ses prévisions pour 2020 restent toutefois encore prudentes avec des ventes à données comparables (hors commissions reversées à des tiers) attendues stables, contre une baisse de 1,6% de cet indicateur en 2019.

WPP précise que cet objectif ne tient pas compte d'un éventuel impact de l'épidémie de coronavirus. Il estime qu'il est encore trop tôt pour l'évaluer et donnera plus de détails lorsqu'il dévoilera ses chiffres d'activité pour le premier trimestre.

JCH avec AFP