BFM Business

Coronavirus: le Club Med sur le point de rouvrir des sites en Chine

Sur BFM Business, Henri Giscard d'Estaing, PDG des clubs de vacances, dit observer une reprise lente mais réelle de la demande en Chine.

Comme tous les acteurs du tourisme, Club Med est durement touché par l'épidémie de coronavirus. Encore plus si on considère sa forte présence en Chine via son actionnaire majoritaire Fosun. Le groupe a ainsi dû fermer tous ses clubs dans le monde : "une crise exceptionnelle", souligne le PDG de Club Med, Henri Giscard d'Estaing sur BFM Business.

Aujourd'hui, l'espoir est de mise avec la levée progressive des restrictions en Chine. Henri Giscard d'Estaing annonce même la réouverture d'un premier site dans le pays "la semaine prochaine" et de "quatre autres d'ici avril/mai". Pour autant, se pose la question de la demande.

Alors que les consommateurs chinois sont encore très réticents à acheter des biens manufacturés, l'envie de voyager semble là, assure le dirigeant. "C'est une reprise qui est lente et qui sera probablement progressive compte tenu des contraintes sanitaires qui continuent à exister mais les premiers signaux montrent une envie de revivre après une période confinement qu'ils ont subi".

Attirer une clientèle de proximité

"Avec notre partenaire Fosun, nous avons une grande installation dans le sud de la Chine (...) et il a connu un taux d'occupation le week-end dernier qui était même supérieur à celui de l'an dernier à la même date", poursuit le dirigeant. 

De quoi susciter des espoirs pour le marché européen une fois que les mesures de confinement seront levés? "C'est encore trop tôt pour savoir exactement comment tout ça se passera mais je crois en effet qu'après cette période de confinement, l'envie de revivre (...) se produira. Alors à quelle date et comment, c'est trop tôt pour le dire mais je pense que l'été devrait être une première période avec probablement une tendance à voyager un peu moins loin au départ", estime Henri Giscard d'Estaing.

D'ailleurs, des rumeurs font état d'une interdiction officielle de voyager à l'étranger. Si le dirigeant dit "ne pas être informé", Club Med peut également compter sur sa présence "dans les principaux marchés du monde" pour attirer une clientèle "de proximité".

Reste que cette reprise estivale des activités est encore hautement hypothétique. Club Med a-t-il les reins assez solides pour supporter un mois supplémentaire de non-activité? "Nous sommes entrés forts dans cette crise avec une situation financière tout à fait saine", assure le PDG. "Bien évidemment, nous ne pourrons pas rester indéfiniment à l'arrêt mais la bonne nouvelle c'est que la semaine prochaine nous allons rouvrir notre premier club (...) et j'espère bien que ça sera le cas des autres progressivement dans le monde".

Olivier Chicheportiche