BFM Business

Comment Quibi espère concurrencer Netflix avec un modèle taillé pour les jeunes

Le service américain, disponible le 6 avril prochain, veut se distinguer dans un marché très concurrentiel en proposant des contenus pensés pour les smartphones.

Quibi n'a pas encore été lancé mais, en deux tours de table, le service a déjà levé 1,75 milliard de dollars. Ce Netflix du format court vient ainsi tout juste d'annoncer une nouvelle levée de fonds de 750 millions de dollars alors que sa disponibilité n'est prévue que pour le 6 avril prochain. Un mois avant son lancement, le service de streaming a aussi vendu tous ses espaces publicitaires pour 2020 : 150 millions de dollars ont été récoltés.

A la tête du projet, un duo de dirigeants bien connus : l'ancienne patronne de Hewlett-Packard, Meg Whitman, et le fondateur de DreamWorks Jeffrey Katzenberg.

Et pour se faire une place entre Netflix et Disney+, Quibi défend une particularité : il ne proposera des séries et films découpés en bouts de dix minutes maximum.

Taillé pour les jeunes

Des vidéos à visionner uniquement sur smartphones et ce, avec une petite innovation : il sera possible de voir les contenus à la fois en mode paysage, comme YouTube, et en mode portrait, comme Snapchat. D'autres fonctionnalités comme la géolocalisation ou encore le moment de la journée seront utilisées pour toucher une cible jeune, toujours en mouvement.

Autre argument pour convaincre : Steven Spielberg, Guillermo del Toro ou encore John Travolta... les productions attendues seront réalisées par des grands noms d'Hollywood. "Nous allons vous donner des grandes histoires en petits morceaux" a assuré ce mercredi Jeffrey Katzenberg qui s'est inspiré de "The Da Vinci Code" de Dan Brown, un livre avec 100 chapitres d'environ 5 pages chaque, pour lancer sa plateforme

Pour profiter du catalogue avec des contenus 100% originaux, les abonnés devront débourser entre 5 et 8 dollars par mois.

Thomas Leroy avec Laura Cambaud