BFM Business

"Chabada": Daniela Lumbroso gagne son procès contre Lagardère

L'animatrice vient de faire reconnaître en justice que les émissions "Les chansons d'abord" et "Du côté de chez Dave" produites par Lagardère et diffusées sur France 3 étaient des contrefaçons de "Chabada", un programme qu'elle avait lancé, en 2009, sur la même chaîne.

Pendant quatre ans, Daniela Lumbroso a produit et animé le dimanche après-midi sur France 3 "Chabada", une émission de variétés, dont le concept était de réunir des artistes de plusieurs générations pour chanter des chansons d'hier et d'aujourd'hui. À la fin de la saison 2013, France Télévisions arrête l'émission, invoquant des raisons financières.

Un appel à projet est lancé et c'est "Les Chansons d'abord", présentée par Natasha St-Pier, qui prend le relais, avant d'être elle-même remplacée, au bout d'une saison, par une autre émission de variété: "Du côté de Chez Dave". Ces deux programmes sont produits par Carson Prod, une filiale du groupe Lagardère.

Mais Daniela Lumbroso ne digère pas son éviction: elle attaque alors en justice France Télévisions et Carson Prod, estimant que "Les Chansons d'abord" et "Du côté de Chez Dave" sont des contrefaçons de "Chabada". La chaîne aurait "retiré une émission à un producteur pour la confier à un autre, du jamais-vu à la télévision française", déclare à l'époque l'animatrice, Carson Prod "ayant recruté les mêmes équipes que nous et ayant utilisé notre savoir-faire".

Présence de musiciens en live

Pour appuyer son propos, Daniela Lumbroso détaille, devant les juges, les dix caractéristiques qui rendent, selon elle, son émission originale: la présence de cinq musiciens en live en plateau, des interprètes qui reprennent des chansons d'artistes différents, des invités qui représentent des générations différentes à chaque émission, des magnétos d'archives, des chroniques sur l'histoire des chansons, des chroniques découvertes et coups de cœur, des invités qui chantent des extraits réarrangés de chansons, etc.

Aux yeux de la défense, Daniela Lumbroso ne peut s'approprier ces caractéristiques car elles sont banales pour une émission de variétés et on les retrouve dans de nombreux programmes plus anciens, comme "Les années bonheur", une émission présentée par Patrick Sébastien depuis 2006, ou "Tubes d'un jour, Tubes de toujours", lancée en 2001 sur TF1. La défense souligne aussi que les logos, les génériques et les animateurs ne sont évidemment pas les mêmes entre les trois émissions.

Mais ces arguments ne vont pas convaincre les juges. Selon eux, "Chabada" est bien un programme original avec des caractéristiques précises et différentes de ce qui a été fait par le passé: une émission dont le but est la transmission patrimoniale et le mélange générationnel. Cet "effort créatif est suffisant pour être accessible à la protection du droit d'auteur", relèvent les juges. Quant à la contrefaçon, elle est aussi démontrée: "Les chansons d'abord" reprend en effet neuf des dix caractéristiques de "Chabada". Dans le cas de "Du côté de chez Dave" ce sont même les dix caractéristiques de l'émission originale que l'on retrouve à l'antenne!

La décision ne va pas répondre à toutes ses attentes

La victoire n'est néanmoins pas totale pour Daniela Lumbroso. La décision des juges, rendue il y a quelques jours, ne répond pas à toutes ses attentes. D'abord parce que France 3 n'aura pas de mal à satisfaire les juges qui exigent que les deux émissions contrefaites ne soient plus diffusées. "Les chansons d'abord" a été stoppée en 2014 et "Du côté de chez Dave" en 2016 (Dave présente depuis la rentrée avec Wendy Bouchard une nouvelle émission le dimanche après-midi sur France 3, baptisée "Même le dimanche", également produite par Carson Prod).

Surtout, Daniela Lumbroso, qui réclamait 4,5 millions d'euros de dommages et intérêts, n'obtient pas un seul centime.

Surtout, Daniela Lumbroso, qui réclamait 4,5 millions d'euros de dommages et intérêts, n'obtient pas un seul centime. Les juges ont estimé qu'il leur était impossible de chiffrer le préjudice à l'encontre de la société de production.

Explication: l’animatrice avait aussi attaqué en parallèle France Télévisions, en portant plainte devant le tribunal de grande instance de Paris et en demandant une médiation au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel). Cette dernière médiation a abouti à un compromis : le service public s’est engagé à commander de nouvelles émissions à l’animatrice. En pratique, France 2 lui a commandé un prime time par an, La fête de la chanson française, diffusé en avril 2015 puis février 2016. Suite à ce compromis, Daniela Lumbroso a retiré sa plainte contre les chaînes publiques devant le tribunal. Elle a donc désormais la possibilité de faire appel pour tenter d'obtenir réparation auprès de Carson.

Interrogée, Daniela Lumbroso n'a pas souhaité s'exprimer. Carson Prod déclare se réserver le droit de faire appel. Le CSA confirme "avoir œuvré pour une conciliation à l’issue de laquelle les deux parties ont trouvé un accord". France Télévisions indique que "le CSA a effectivement fait rencontrer France Télévisions et Daniela Lumbroso. Les deux parties se sont rapprochées. Et il y a eu des projets qui ont été produits par Daniela Lumbroso pour le groupe depuis l’arrêt de Chabada".

Simon Tenenbaum